NOUVELLES

Patrick Holland aurait voulu être un comédien, le voilà chez le Canadien

21/10/2013 04:21 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST

BROSSARD, Qc - Patrick Holland avait comme rêve d'enfance d'être un comédien vedette comme l'Américain Jerry Seinfeld.

«Mais disons qu'être hockeyeur professionnel et d'obtenir la chance de faire ses débuts dans la LNH représente une formidable solution de rechange», a lancé l'attaquant âgé de 21 ans, après la séance d'entraînement du Canadien.

Holland, natif de Lethbridge, en Alberta, disputera de surcroît son premier match contre l'équipe qu'il idolâtrait, les Oilers d'Edmonton, et son joueur préféré, Ales Hemsky.

«Ça va ajouter au cachet particulier de l'événement, mais je ne pense pas que je serai nerveux, a-t-il affirmé. Je joue au hockey depuis 18 ans. Ce sera un match comme les autres, je suppose. Mais sûrement le match le plus enivrant que je n'aurai jamais joué. J'espère être capable d'utiliser cette énergie positivement, et livrer ma meilleure performance à vie.»

Holland a du 'Seinfeld' dans le nez, et à lire les gazouillis qu'il partage sur Twitter on constate qu'il pourrait connaître une belle carrière dans l'humour et le divertissement, advenant que sa «solution de rechange» ne fonctionne pas. Il est très à l'aise en présence de journalistes, et 'se produire' devant un large public n'a rien d'intimidant pour lui.

«Je savoure le moment, a-t-il assuré. Dans l'avion dimanche soir, je pensais aux entrevues que j'aurais à donner et je me disais que tout ça était pas mal surréel. Tout le monde dit que le Centre Bell est le meilleur endroit où jouer et que la pression y est forte. Je ne laisse jamais ce type de pression m'étouffer. Peu importe que je joue devant 5000, 18 000 ou 100 000 personnes, c'est du pareil au même. Je joue toujours pour moi-même.»

Holland va évoluer au sein du quatrième trio, avec Mike Blunden et Ryan White, et l'entraîneur Michel Therrien a dit qu'il continuera d'utiliser quatre trios sur une base régulière, malgré l'absence d'attaquants de premier plan.

«On m'a demandé de jouer comme je l'ai fait au camp d'entraînement, d'apporter la même ardeur, a souligné Holland. Je suis à l'aise dans un trio à caractère défensif. Je ne suis pas le gars le plus imposant physiquement, mais je peux apporter de l'énergie en bloquant un tir ou en complétant une mise en échec.»

Chez les Bulldogs de Hamilton, Holland est appelé à s'acquitter de tâches offensives. En quatre matchs cette saison, il montre un but et une passe à son dossier, en plus d'un différentiel de plus-4 en défense.

Therrien a dit que Blunden et lui avaient été rappelés, plutôt que des espoirs comme Gabriel Dumont et Louis Leblanc, parce qu'il étaient les plus méritants. Le directeur général Marc Bergevin est allé le constater de visu, dimanche, lors du match entre les Bulldogs et les Marlies de Toronto.

Holland a été acquis des Flames de Calgary, dans l'échange de Michael Cammalleri-Rene Bourque, le 12 janvier 2012.

Le Canadien avait aussi cédé aux Flames les droits sur le gardien Karri Ramo (maintenant à Calgary) et un choix de cinquième tour en 2012. En plus de Bourque et de Holland, le directeur général de l'époque, Pierre Gauthier, avait obtenu un choix de deuxième tour en 2013 (Zachary Fucale).

PLUS:pc