POLITIQUE

Offensive fédérale pour promouvoir l'accord de libre-échange

21/10/2013 11:35 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST
Radio-Canada

Des représentants du gouvernement fédéral insistent sur les bénéfices que tireront les exportateurs et les consommateurs canadiens de l'accord de libre-échange conclu avec l'Union européenne (UE) vendredi.

Lors d'un point de presse, lundi, dans un magasin de souvenirs d'Ottawa, le ministre du Commerce international, Ed Fast, le ministre des Affaires étrangères, John Baird, et le ministre d'État à la Petite entreprise, au Tourisme et à l'Agriculture, Maxime Bernier, ont fait le point sur l'Accord économique et commercial global (AECG).

Maxime Bernier a affirmé que les PME du Québec et du Canada verront des bénéfices dès l'entrée en vigueur de l'accord. Il a souligné que l'industrie agroalimentaire québécoise dans son ensemble sortira gagnante, dans la mesure où il n'y aura plus aucun tarif sur toute une série de produits, tels que le sirop d'érable, les bleuets, les canneberges, le homard et les crevettes de Matane, qui sont actuellement imposés à des taux variant entre 8 % et 20 %.

Le ministre Bernier a minimisé l'impact de l'accord sur les producteurs de fromage artisanaux. Il a mentionné que l'accès additionnel accordé à l'UE représente 17 000 tonnes sur les 400 000 tonnes de fromage consommées au Canada annuellement, soit 4 % du marché. Il a dit avoir confiance en la capacité des producteurs québécois de fromages fins à s'adapter à cette nouvelle donne.

De son côté, le ministre du Commerce international, Ed Fast, s'est félicité de l'accès accru des manufacturiers au plus grand marché mondial et ses 500 millions de consommateurs.

Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a soutenu pour sa part qu'il s'agissait du plus important accord commercial jamais conclu par le Canada.

Les détails de l'entente ne sont toutefois pas encore connus. Le gouvernement affirme qu'ils seront rendus publics lorsque les derniers points seront réglés. Un document d'une quarantaine de pages rendu public vendredi résume les grandes lignes de l'accord.

Les ministres entreprendront une tournée à travers le pays afin de faire la promotion de l'accord auprès des Canadiens.

L'entente doit encore être approuvée par le Parlement européen, les 28 pays membres de l'UE, et, au Canada, par les gouvernements fédéral et provinciaux, ce qui pourrait prendre environ deux ans.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui sont les nouveaux ministres fédéraux depuis le 15 juillet?