Huffpost Canada Quebec qc

Mairie de Montréal : match nul sur le plateau de TLMEP

Publication: Mis à jour:
CANDIDATS MAIRIE TLMEP
De gauche à droite : Marcel Côté, Denis Coderre, Mélanie Joly et Richard Bergeron | Radio-Canada

Les quatre principaux candidats à la mairie de Montréal ont croisé le fer, dimanche soir, à l'émission Tout le monde en parle, dans l'espoir de convaincre les Montréalais de voter pour eux aux élections municipales du 3 novembre.

Le débat n'a donné lieu à aucune déclaration fracassante, mais plutôt à des échanges à la fois vigoureux et courtois entre Marcel Côté (Coalition Montréal), Denis Coderre (Équipe Denis Coderre pour Montréal), Mélanie Joly (Vrai changement pour Montréal) et Richard Bergeron (Projet Montréal).

Dès le départ, M. Côté a été interrogé sur les appels automatisés illégaux effectués par son équipe pour discréditer Richard Bergeron est sa formation politique. Il a reconnu avoir autorisé cette méthode et s'est excusé de l'avoir fait, tout en pointant du doigt Denis Coderre, qui aurait utilisé des procédés similaires.

« Il en a fait quelques centaines de milliers; on en a fait mille chez nous. » -- Marcel Côté

Considéré comme le meneur de la présente campagne, M. Coderre a - comme dans tous les autres débats des dernières semaines - essuyé les tirs groupés de ses adversaires, qui lui reprochent entre autres de s'être entourés de plusieurs élus issus de l'ancienne formation de Gérald Tremblay, Union Montréal. Il s'est défendu en affirmant que Coalition Montréal et Projet Montréal ont tous deux tenté de recruter certains candidats qui ont finalement abouti dans son équipe - une déclaration qui a fait hocher de la tête Richard Bergeron.

« Beaucoup de ces individus-là, MM. Coté et Bergeron ont tenté de les amener avec eux. Notamment, Alan DeSousa et Harout Chitilian. » -- Denis Coderre

Quelques minutes plus tard, M. Bergeron a peut-être livré l'attaque la plus audacieuse de la soirée, en reprochant vivement à ses adversaires leur manque d'ambition pour la ville de Montréal.

« Heille, y'aurait pas fallu que vous ayez été là, vous autres, au tournant des années 60! De quoi aurait l'air Montréal aujourd'hui? » -- Richard Bergeron

Sur la question de la Charte des valeurs québécoises chère au gouvernement Marois, l'animateur Guy A. Lepage n'a pu que constater que tous les candidats étaient contre son implantation à Montréal. Mélanie Joly a toutefois précisé qu'elle soumettrait la question au conseil municipal.

« C'est important que les gens au Québec comprennent qu'à Montréal, on a une culture qui nous est unique. » -- Mélanie Joly

À noter que Mme Joly n'a pas été questionnée sur son ancienne candidate Bibiane Bovet, qu'elle a larguée dimanche, Tout le monde en parle étant préenregistré le mercredi.

Le dernier sondage CROP commandé par Radio-Canada accordait une large avance à Denis Coderre avec 41 % des intentions de vote, soit 17 points de plus que sa rivale Mélanie Joly (24 %). Richard Bergeron obtenait 21 %, contre seulement 11 % pour Marcel Côté.

Aucun d'eux n'a promis clairement de siéger au conseil municipal en cas de défaite le 3 novembre.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Close
Les candidats à la mairie de Montréal s'amusent en campagne
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Sur le web

Les candidats à la mairie défendent leur intégrité à TLMEP