NOUVELLES

La police a reçu 8000 informations concernant la fillette retrouvée en Grèce

21/10/2013 09:54 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST

ATHÈNES, Grèce - La police grecque a reçu plus de 8000 informations depuis qu'elle a demandé l'aide de la communauté internationale pour identifier une mystérieuse fillette retrouvée dans un camp de gitans.

Le couple avec qui elle vivait fait maintenant face à des accusations d'enlèvement.

La fillette, qui est pour l'instant surnommée «Maria», est âgée de cinq ou six ans.

La police grecque examine toutes les pistes possibles, allant d'un enlèvement à une fraude de l'aide sociale. Ils n'excluent pas non plus que le couple ait recueilli l'enfant par simple charité.

Des informations ont été reçues d'aussi loin que l'Afrique du Sud et l'Australie depuis que la police grecque a diffusé la photo de la fillette blonde aux yeux tristes.

La police a également publié la photo des deux suspects: Christos Salis, un homme de 40 ans, et sa femme de 39 ans qui utilise les noms de Selini Sali et d'Eleftheria Dimopoulou.

La police grecque a demandé l'aide de l'agence policière internationale Interpol pour retracer les parents biologiques de l'enfant. La banque de données d'Interpol recense 38 fillettes âgées de moins de six ans, mais aucune qui corresponde à la description de Maria. L'agence reçoit toutefois uniquement les dossiers qui lui sont transmis par les états-membres.

La fillette a été retrouvée la semaine dernière dans un campement gitan près de Farsala, dans le centre de la Grèce, lors d'une perquisition policière concernant des drogues, des armes et des fugitifs. La petite blonde aux yeux bleus ne ressemblait en rien au couple avec qui elle vivait, ce qui a intrigué les policiers.

Une analyse génétique a démontré que Maria n'était pas leur fille. L'homme de 39 ans et la femme de 40 ans ont été formellement accusés d'enlèvement lundi, un crime passible de 10 ans de prison.

La femme prétend avoir donné naissance à six enfants en moins de 10 mois. La police affirme que les deux suspects empochaient 3420 $ US par mois de trois villes où les enfants avaient été enregistrés.

PLUS:pc