NOUVELLES

Les imprimante 3D capables de fabriquer des fusils inquiètent le fédéral

21/10/2013 05:59 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST
Getty
A Makerbot Industries LLC Replicator 2 Desktop 3D Printer is seen at the company's new factory in the Brooklyn borough of New York, U.S., on Thursday, June 7, 2013. The 50,000 square foot space employs over 100 people to meet the demand for the Makerbot Replicator 2 desktop 3D printer. Photographer: Victor J. Blue/Bloomberg via Getty Images

OTTAWA - L'émergence des imprimantes 3D aptes à la fabrication de fusils sans autorisation inquiète le ministère de la Sécurité publique.

Le ministère mène une étude qui se penche sur l'avènement de la technologie 3D et la faisabilité de fabriquer des armes à feu, des pièces et des munitions.

En mai, le gouvernement américain défrayait les manchettes en ordonnant à un site web basé au Texas de retirer des modèles pour fabriquer un pistolet à l'aide d'une imprimante 3D.

Récemment, le ministère fédéral de la Sécurité publique a lancé un appel d'offres pour une étude, qu'il souhaite voir terminée en février prochain.

L'appel d'offres mentionne que la possession légale d'une arme à feu au Canada exige un permis, ou un certificat d'enregistrement dans le cas d'une arme de poing ou d'autres armes interdites.

De plus, un permis spécifique est nécessaire pour la fabrication d'armes à feu.