NOUVELLES

Soudan du Sud: un mouvement rebelle tue 41 personnes à l'arme automatique

20/10/2013 06:41 EDT | Actualisé 20/12/2013 05:12 EST

Les rebelles du Soudan du Sud ont tué au moins 41 personnes et en ont blessé plusieurs autres lors d'une attaque à l'arme à feu dans une partie reculée du dangereux État de Jonglei, a annoncé dimanche un responsable régional.

L'attaque, menée dimanche matin, aurait été perpétrée par des rebelles loyaux au chef de guerre David Yau Yau, aidés par des jeunes de sa tribu des Murle, selon Hussein Maar, gouverneur intérimaire de Jonglei.

Selon lui, le bilan préliminaire est de 41 morts et 63 blessés, dont certains grièvement. Ces derniers «risquent de mourir dimanche soir ou un peu plus tard», a-t-il affirmé.

M. Maar a par ailleurs précisé que la mission de l'ONU au Soudan du Sud avait transporté certains blessés par avion vers la capitale de l'État, Bor, et vers le principal hôpital du pays, dans la capitale, Juba.

Les assaillants disposaient d'armes automatiques et ont fait feu sans discrimination. Ils ont également volé des milliers de têtes de bétail, selon M. Maar.

Le Soudan du Sud s'est séparé pacifiquement du Soudan en 2011, après une guerre civile brutale et des années d'efforts par des leaders américains, mais l'État de Jonglei est depuis plongé dans la violence entre différentes ethnies. Le pays regorge d'armes, et ses forces de sécurité sont indisciplinées.

Yau Yau, un ancien colonel de l'armée sud-soudanaise, s'est tout d'abord rebellé contre le gouvernement de Juba après avoir été incapable de remporter un siège parlementaire lors des élections générales de 2010, accusant le parti au pouvoir d'avoir truqué le scrutin. En 2011, il a accepté une offre d'amnistie du président Salva Kiir et est rentré à Juba. L'an dernier, il a toutefois fui à Khartoum, la capitale du Soudan, et déclenché une rébellion contre Juba dans sa région natale de Pibor.

PLUS:pc