NOUVELLES

Le favori de la présidentielle aux Maldives réclame la démission du président

20/10/2013 10:22 EDT | Actualisé 20/12/2013 05:12 EST

MALÉ, Maldives - Le favori de l'élection présidentielle aux Maldives a réclamé, dimanche, la démission du président de l'État insulaire, la prise en charge du gouvernement par le président du Parlement et la tenue d'un nouveau scrutin.

Prenant la parole devant les journalistes un jour après que des policiers eurent empêché les autorités électorales de procéder à une reprise du vote du mois dernier, Mohamed Nasheed a accusé le président Mohamed Waheed Hassan de travailler de concert avec le ministre de la Défense et le chef de police du pays pour faire obstruction à l'élection.

La décision des forces de l'ordre d'annuler le vote de samedi est le plus récemment revirement dans la saga électorale des Maldives, qui ont connu beaucoup d'agitations au cours de leurs cinq premières années comme nation démocratique.

Faute d'élire un président d'ici le 11 novembre, date où le mandat de M. Hassan prendra fin, le pays pourrait se retrouver aux prises avec une crise constitutionnelle.

Plus tôt en octobre, la Cour suprême maldivienne avait annulé les résultats de l'élection du 7 septembre, tranchant en faveur d'un candidat défait qui soutenait que la liste électorale comportait de faux noms et les noms de personnes décédées.

M. Nasheed est arrivé premier avec 45 pour cent des voix, ne réussissant toutefois pas à obtenir une majorité qui aurait pu lui permettre de l'emporter sans second tour.

Le président Hassen a tenté de calmer le jeu, samedi, en disant qu'il avait proposé à la commission électorale du pays d'organiser un nouveau vote le 26 octobre. Cette dernière n'a pas encore annoncé de date pour le scrutin.

PLUS:pc