NOUVELLES

La brillante rotation des Tigers est insuffisante, et ils sont encore éliminés

20/10/2013 03:19 EDT | Actualisé 20/12/2013 05:12 EST

DÉTROIT - Dans une scène symbolisant l'effrondrement des Tigers de Detroit en séries éliminatoires, Max Scherzer s'est résigné à y assister comme témoin.

En fait, les lanceurs partants des Tigers n'auraient rien pu faire de mieux pour empêcher une autre fin de saison décevante.

«Habituellement, si tu lances comme on l'a fait dans cette série, tu serais assez certain de l'emporter», a déclaré le gérant des Tigers Jim Leyland.

Les Tigers se sont inclinés en six matchs devant les Red Sox de Boston en série de championnat de la Ligue américaine à cause de quelques petites failles qui les ont affectés dans les pires moments. Que ce soit l'inefficacité de leur enclos, les mauvaises décisions des coureurs ou les erreurs en défensive, les Red Sox ont profité de chacune des maladresses des Tigers.

Ces derniers doivent maintenant se préparer pour la saison 2014, avec un noyau de joueurs qui a atteint tous ses objectifs — sauf offrir une Série mondiale à la capitale mondiale de l'automobile pour la première fois depuis 1984.

La première question — comme ce fut le cas la saison dernière — est de savoir si Leyland sera de retour. Il a accepté des ententes d'une saison depuis quelques années déjà, et même s'il n'a pas laissé entendre qu'il souhaitait quitter ses fonctions, rien n'est officiel.

Les Tigers ont remporté trois titres consécutifs dans la section centrale de l'Américaine, et ils ont atteint la série de championnat en chaque occasion. En 2012, leur saison s'est terminée lorsqu'ils ont été balayés par les Giants de San Francisco en Série mondiale, et cette année les Tigers sont passés très près d'y accéder de nouveau grâce aux performances de leurs partants.

Scherzer, Justin Verlander, Anibal Sanchez et Doug Fister ont affiché une moyenne de points mérités collective de seulement 2,39 en séries éliminatoires, mais les Tigers ont été incapables d'en profiter. Après avoir défait les Athletics d'Oakland en cinq matchs en série de divisions, les Tigers ont blanchi les Red Sox 1-0 dans le match no 1 de la série de championnat et menaient 5-0 dans le deuxième duel — mais le grand chelem de David Ortiz aux dépens du spécialiste des fins de match Joaquin Benoit a sonné le réveil des Red Sox.

Dans le match no 3, Justin Verlander a alloué son seul point des séries éliminatoires, et ce fut suffisant pour permettre aux Red Sox de l'emporter 1-0. L'attaque des Tigers, jadis l'une des plus intimidantes des Ligues majeures, est devenue très discrète après la blessure de Miguel Cabrera et l'incapacité de Prince Fielder à générer de la puissance.

Le grand chelem de Shane Victorino — de nouveau aux dépens d'un releveur des Tigers après que Scherzer eut quitté la butte — a permis aux Red Sox de mettre un terme à la série en six matchs.

«La différence, honnêtement, quand tu regardes le déroulement de la série, c'est qu'ils ont frappé quelques bombes, ce qui n'a pas été notre cas, a expliqué Leyland. Ils ont frappé quelques circuits, en fait deux ou trois circuits, aux moments opportuns.»

PLUS:pc