NOUVELLES

Irak: une série d'attaques à la bombe fait au moins 45 morts, dont des jeunes

20/10/2013 03:46 EDT | Actualisé 20/12/2013 05:12 EST

BAGDAD - Un kamikaze a embouti son véhicule piégé dans un café animé de Bagdad, dimanche soir, dans le cadre d'une journée de violences ayant entraîné 45 morts en Irak, ont annoncé les autorités.

L'attentat du café du quartier majoritairement chiite d'Amil est survenu alors que l'endroit était bondé de clients. Le café et un kiosque à jus avoisinant sont les lieux de prédilection des jeunes du coin, qui étaient nombreux au moment de l'attaque.

L'explosion a tué 35 personnes et en a blessé 45 autres, ont fait savoir des responsables irakiens.

Les actes violents se multiplient en Irak depuis un raid meurtrier des forces de sécurité contre un camp de protestataires sunnites dans la ville d'Hawija (nord), en avril. Au moins 385 personnes sont mortes dans des attaques jusqu'à maintenant ce mois-ci, selon un bilan de l'Associated Press.

Dans un village au nord de la capitale, une voiture piégée a ciblé la maison d'un policier, tuant son père, son frère et cinq neveux, ont mentionné des responsables. Six autres individus ont été blessés dans la déflagration, survenue lorsque le policier en question n'était pas chez lui.

Pendant ce temps, des forces de sécurité ont fait échouer une attaque visant le conseil local de la ville de Rawa (ouest), à laquelle participaient cinq kamikazes en devenir déguisés en policiers, affirme Muthana Ismail, le chef du comité de sécurité local.

Selon lui, deux attaquants ont été abattus, tandis que les autres se sont fait exploser à l'extérieur. Deux policiers et un responsable ont été tués, tandis que 20 autres personnes ont été blessées, a-t-il poursuivi.

Rawa est située à environ 330 kilomètres au nord-ouest de Bagdad.

Personne n'a immédiatement revendiqué les attentats de dimanche, bien que l'utilisation de voitures piégées et les attaques à main armée soient des tactiques fréquemment employées par la section locale d'al-Qaïda. Le mouvement extrémiste cible les chiites, considérés comme des hérétiques, ainsi que ceux vus comme proches alliés du gouvernement fédéral, dirigé par des chiites.

Des responsables des services hospitaliers ont confirmé les bilans des victimes des attaques.

PLUS:pc