NOUVELLES

Un accident de train de passagers en Argentine fait 80 blessés  

19/10/2013 07:57 EDT | Actualisé 19/12/2013 05:12 EST

Un train de passagers argentin est entré en collision avec le heurtoir à la fin d'une ligne ferroviaire, samedi, dans la même gare de Buenos Aires où 52 personnes ont été tuées dans un accident similaire l'an dernier. Cette fois, on ne rapporte aucun décès, mais au moins 80 personnes ont été blessées.

Une foule de gens se sont rapidement rassemblés dans la gare, faisant éclater leur colère contre les opérateurs du train. Les passagers ont scandé « meurtrier, meurtrier! » en direction du conducteur blessé. Des policiers sont intervenus et l'homme a rapidement été hospitalisé sous surveillance des autorités.

Des policiers en tenue antiémeute ont ensuite pris le contrôle de la station Once après que la foule en colère eut fracassé des fenêtres et lancé des pierres dans la rue.

Selon le secrétariat à la Sécurité, au moins 80 personnes ont été blessées, dont un garçon de huit ans. De ceux-ci, cinq ont subi des fractures, mais on ne craint pas pour la vie de quiconque, a assuré le secrétaire Sergio Berni. Certains des blessés ont été touchés par des fragments de verre des vitres du train, a-t-il précisé.

M. Berni a indiqué qu'il était encore trop tôt pour déterminer pourquoi le train ne s'est pas arrêté, défonçant le heurtoir situé en bout de ligne et finissant par s'encastrer entre le plancher et le plafond de la plateforme. Une partie de l'immense heurtoir hydraulique protégeant la fin de la ligne a défoncé le wagon de tête, tandis que l'autre a été soulevée sur la plateforme pour finir sa course dans les tourniquets.

Le ministre des Transports, Florencio Randazzo, a déclaré que le conducteur du train, Julio Benitez, avait obtenu un résultat négatif lors d'un alcootest de routine avant le début de son quart de travail.

Le journal Clarin a cité le ministre, qui a affirmé que le conducteur avait retiré le disque d'enregistrement de la caméra de surveillance qui a capté l'accident, mais que la police le lui avait pris par la suite. Le ministre a également fait savoir que la présidente du pays, Cristina Fernandez, n'avait pas été informée de l'accident, puisqu'elle est au repos forcé après sa récente opération à la tête.

La ligne Sarmientio, où s'est produit l'accident, est le réseau ferroviaire de passagers le plus achalandé de la capitale argentine. L'accident de février 2012 a entraîné la mort de 52 personnes et fait plusieurs centaines de blessés, lorsque les wagons se sont empilés. L'accident de samedi a provoqué moins de dégâts aux autres voitures du train et il est survenu tôt le matin, menant donc à un bilan moins lourd.


Associated Press

PLUS:rc