NOUVELLES

Les Afghans discuteront du pacte de sécurité avec les États-Unis en novembre

19/10/2013 09:04 EDT | Actualisé 19/12/2013 05:12 EST

KABOUL - L'Afghanistan tiendra une rencontre nationale concernant son accord sur la sécurité avec les États-Unis durant la troisième semaine de novembre, ont annoncé samedi les autorités afghanes.

Cette importante réunion permettra de décider si les États-Unis et leurs alliés peuvent laisser des troupes en Afghanistan après 2014.

Sadeq Mudaber, l'un des organisateurs, a déclaré que l'assemblée des chefs tribaux afghans, la Loya Jirga, commencerait entre le 19 et le 21 novembre, et pourrait durer jusqu'à une semaine. Il a estimé qu'environ 3000 personnes assisteraient à la rencontre.

Le secrétaire d'État américain, John Kerry, et le président de l'Afghanistan, Hamid Karzaï, ont conclu une entente de principe il y a une semaine sur les points les plus importants d'un pacte qui autoriserait les États-Unis à laisser des soldats en sol afghan après le départ , à la fin de 2014, des effectifs de combat faisant partie de la mission internationale dirigée par l'OTAN.

M. Karzaï a toutefois indiqué que la question de l'immunité juridique des soldats américains, un point litigieux qui pourrait potentiellement faire capoter l'entente, devait faire l'objet d'un débat au sein de la Loya Jirga avant qu'il ne prenne une décision.

Si la Loya Jirga rejette la demande des États-Unis, qui souhaitent que leurs militaires ayant commis des crimes en Afghanistan soient jugés par des cours martiales et non par des tribunaux afghans, alors il est peu probable que l'accord soit signé. Dans le cas contraire, le pacte de sécurité bilatéral sera transmis au Parlement afghan pour approbation.

Les États-Unis veulent conserver environ 10 000 soldats dans le pays afin de former et de guider les forces de sécurité nationales et continuer à pourchasser les derniers membres d'Al-Qaida. Mais si aucune entente ne survient, toutes les troupes américaines devront partir d'ici la fin de l'année prochaine.

Lors d'une récente entrevue avec l'Associated Press, le président américain, Barack Obama, a soutenu n'avoir aucun problème avec le fait de rapatrier la totalité des soldats américains se trouvant en Afghanistan.

Plusieurs alliés des États-Unis ont fait savoir qu'ils ne laisseraient aucune troupe en sol afghan sans une présence militaire américaine.

PLUS:pc