DIVERTISSEMENT

«50 ans – 50 chansons»: Robert Charlebois gâte son public

18/10/2013 10:24 EDT | Actualisé 18/10/2013 10:26 EDT
Marc Toung

Un Robert Charlebois en pleine forme qui revisite ses plus grands succès, entouré d’un orchestre de neuf musiciens : la nouvelle salle Le Club, au Quartier Dix30, à Brossard, n’aurait pu espérer mieux pour son inauguration officielle, jeudi soir. Avec son nouveau spectacle, 50 ans – 50 chansons, notre Garou, le premier du nom, se fait plaisir et gâte son public, en interprétant des morceaux préalablement choisis par celui-ci sur internet. Un voyage dans le temps truffé de classiques qui n’ont pas pris une ride, et qu’on entend pour la plupart encore très souvent.

Dans un décor surplombé, à l’arrière, par trois grands cercles lumineux qui changeaient de couleur au gré des pièces, avec le petit big band qui insufflait une atmosphère crooner à l’ensemble, Charlebois a ouvert la marche avec les valeurs sûres Engagement, Dolorès, Fu Man Chu et CPR Blues. Rapidement, il a invité les spectateurs à ne pas se gêner si l’envie leur prenait de se dégourdir les jambes et de se laisser aller à quelques pas de danse. Lui-même a rapidement laissé tomber son veston pour l’allure décontractée que lui conféraient son jeans et son t-shirt et, en fin de piste, un chandail des Expos.

Mais la réponse des admirateurs a été un peu longue à venir. «Ça danse pas fort!», a lancé l’hôte à un parterre effectivement tranquille, avant une version tout en violon, rarement entendue, de Entre deux joints, qui a généré les premières vives réactions de la soirée. Timides, les gens ont quand même manifesté fortement leur enthousiasme, avec des sifflements et des applaudissements nourris et, de toute façon, les corps se sont déliés un peu plus tard, au son des plus gros tubes de l’auteur-compositeur-interprète.

«Madame Bertrand»

Quelques semaines avant de remonter sur scène, Robert Charlebois avait lancé un appel à toutes les «Madame Bertrand» de la province. Celles intéressées à pousser la note en tandem avec lui sur l’air de ce titre-phare de son répertoire devaient se manifester sur le web et apprendre les paroles de la chanson. Une dame différente vivra donc l’expérience d’un duo avec le monstre sacré de la musique d’ici à chaque soir de la tournée 50 ans – 50 chansons.

L’heureuse élue de jeudi se nommait Chantal Bertrand-Calgaro et a avoué avoir applaudi son chanteur préféré près d’une cinquantaine de fois dans sa vie. Généreux, ce dernier lui a laissé beaucoup d’espace, partageant avec elle les couplets de la joyeuse complainte des célibataires d’hier.

On attendait bien une blague ou deux sur le mouvement des «Janettes» instigué par Janette Bertrand dans les derniers jours, mais Charlebois s’est contenté d’un sage et rieur «Janette Bertrand fait parler d’elle, en ce moment!», au moment d’expliquer son concept, une phrase qui a déclenché l’hilarité.

Que la fête commence

C’est vers le milieu de la prestation que la fête a réellement levé. D’abord, la foule a hurlé en chœur les «Québec!» de Les ailes d’un ange. Tous se sont ensuite réjouis de l’effluve exotique qui s’est emparée du Club avec Je rêve à Rio et Conception, sur lesquelles Robert Charlebois s’est déhanché suavement.

«Il y a du talent ce soir au Dix30!», s’est exclamée l’idole en tendant son micro à l’assistance pour que celle-ci entonne avec lui Les talons hauts. Notre homme s’est ensuite exalté, serviette autour du cou, courant et sautant, sur J’t’aime comme un fou. Tous debout, ses fidèles ont battu du bras à une cadence rythmée, un instant fort agréable du spectacle.

À propos du Violent seul, composée avec l’auteur Réjean Ducharme, on a seulement su que le texte avait été écrit dans un bar de danseuses, mais l’anecdote n’a pas été détaillée davantage. On a ensuite chanté haut et fort Lindberg, puis Je reviendrai à Montréal, alors que quelques chandelles posées sur les tables du cabaret de Brossard se hissaient au-dessus des têtes. Une Ordinaire déclinée dans une obscurité encore plus prononcée, et que les musiciens ont longuement étirée, a conclu le rendez-vous, mais Charlebois a invoqué le «jeudi soir de pleine lune» pour justifier un long rappel de cinq refrains, incluant Tout écartillé, et qui s’est soldé par une de ses «chansons du 21e siècle», Ne pleure pas si tu m’aimes.

Robert Charlebois offrira encore une fois 50 ans – 50 chansons au Club Quartier Dix30 samedi, puis du 24 au 26 octobre, et le 6 décembre prochain. Il prendra ensuite la route de Québec, Ottawa, Ste-Thérèse, St-Jérôme et plusieurs autres endroits. Toutes les dates sont disponibles au www.robertcharlebois.com.

À propos du Club Quartier Dix30

Ouvert en juin dernier, le Club Quartier Dix30 est constitué d’une salle de 375 sièges en formule cabaret et d’un restaurant de 80 places. Misant sur une programmation allant de la chanson à l’humour, la nouvelle enseigne se transformera, le vendredi et le samedi soir, en discothèque où on jouera, dès 23h, les plus grands succès des années 1980. Des soupers seront proposés avant chaque représentation et des brunchs seront aussi servis le week-end. Le Club Quartier Dix30 est une propriété de La Compagnie Larrivée Cabot Champagne, également à la tête de L’Étoile Banque Nationale, aussi située au Dix30, de La Tulipe et du National.

Pour en savoir davantage: www.leclubdix30.com.

À VOIR AUSSI:

Robert Charlebois aux FrancoFolies

FrancoFolies: 15 juin 2013

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.