NOUVELLES

Fermeture de isohunt.com: le fondateur du site doit verser une amende de 110 M$

18/10/2013 05:04 EDT | Actualisé 18/12/2013 05:12 EST
Gettystock

L'homme de Vancouver ayant lancé le populaire site de partage de fichiers isohunt.com a accepté de le fermer et de payer une amende de 110 millions $, vendredi, dans un règlement mettant fin à une longue bataille juridique avec la Motion Picture Association of America (MPAA).

Gary Fung a fondé il y a plus de 10 ans le site Web isohunt.com, un moteur de recherche de dossiers BitTorrent qui aide les internautes à trouver une copie virtuelle de pratiquement tous les contenus protégés par des droits d'auteur, des albums de musique aux longs métrages et logiciels informatiques, en passant par les livres électroniques et les films pornographiques.

Vendredi, pas moins de 13,7 millions fichiers BitTorrent y étaient toujours échangés ou téléchargés illégalement par quelque 51 millions d'usagers actifs.

Selon le site alexa.com, qui fournit des statistiques sur l'achalandage des sites Web à travers le monde, isohunt.com occupait le 167e rang des sites les plus fréquentés au Canada et le 423e rang à l'échelle mondiale.

Sur son blogue, M. Fung s'est dit attristé par cette nouvelle, mais a soutenu avoir fait tout ce qu'il pouvait dans cette lutte, assurant être demeuré fidèle à sa cause. Il a aussi souligné que 10 ans et demi représentaient une éternité pour une jeune entreprise Internet et que ce qui n'était qu'un passe-temps pendant ses études universitaires s'était, au fil des années, mué en quelque chose de «vraiment plus grand».

La MPAA, qui représente les studios Walt Disney, Paramount Pictures, Sony Pictures Entertainment, Twentieth Century Fox, Universal City Studios et Warner Bros, avait intenté une poursuite contre isohunt.com en 2006.

Dans un communiqué, l'organisation a déclaré que le règlement annoncé vendredi constituait «un pas en avant considérable dans la concrétisation de l'énorme potentiel d'Internet en tant que plateforme pour l'innovation et le commerce légaux».