NOUVELLES

Bombardier identifie un client chinois qui pourrait acheter 30 avions CSeries

18/10/2013 09:40 EDT | Actualisé 18/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - C'est finalement une importante société de crédit-bail chinoise qui est le client anonyme de Bombardier (TSX:BBD.B) pour une commande de ses nouveaux avions CSeries qui pourrait atteindre jusqu'à 30 appareils.

L'entreprise montréalaise a indiqué vendredi qu'il s'agit de CDB Leasing (CLC), qui avait placé une commande conditionnelle pour cinq CS100 et 10 CS300 en juillet 2012. L'entente a été bonifiée et prévoit également une option pour cinq CS100 supplémentaires et 10 autres CS300.

D'une valeur initiale de 1,02 milliard $ US, le contrat pourrait atteindre 2,07 milliards $ US si toutes les options devaient être exercées.

Il s'agit d'un premier client chinois pour Bombardier, qui compte sur le marché asiatique pour stimuler le carnet de commandes de son nouvel appareil.

«Il y a beaucoup de potentiel, a affirmé en entrevue le vice-président marketing de Bombardier Avions commerciaux, Philippe Poutissou. C'est un marché populeux où les gens voyagent de plus en plus via le transport aérien.»

Ce dernier a également confirmé que Bombardier était en discussions avec différents clients potentiels dans cette région du monde, sans toutefois les identifier.

Même si CLC n'est pas un transporteur aérien, M. Poutissou a expliqué que ce type de client n'était pas moins important pour l'avionneur.

«Ces sociétés achètent entre 30 et 50 pour cent des avions de cette catégorie (comme la CSeries), a-t-il expliqué. Elles ont des contacts avec des compagnies aériennes, cela nous permet d'augmenter notre présence.»

Bombardier a déjà reçu des commandes fermes pour 177 appareils CSeries de la part d'une dizaine de clients. Ce nombre grimpe maintenant à 403 avions si on y ajoute les options ainsi que les lettres d'intention.

«Compte tenu des prix élevés actuels du carburant et des préoccupations environnementales croissantes, les avions plus âgés et moins efficaces représentent l’un des plus grands défis des sociétés aériennes», a indiqué le président du conseil de CLC, Wang Chong.

«À la suite d’une analyse en profondeur des avions existants et remotorisés, la gamme d’avions de ligne CSeries, offrant des caractéristiques économiques inégalées, a semblé être le choix désigné», a ajouté M. Wong.

L'annonce a été effectuée à Pékin, à l'occasion de la visite qu'a rendue le gouverneur général David Johnston au président chinois Xi Jinping.

Le marché chinois retient l'attention de Bombardier depuis un certain temps. Une partie du fuselage des appareils CSeries se fera notamment à Shenyang.

Selon l'analyste Walter Spracklin, de RBC Marchés des capitaux, cette commande est significative pour Bombardier.

«Cela devrait contribuer à hausser le nombre de clients en Asie, souligne-t-il dans une note. Nous nous attendons à d'autres commandes à mesure que les essais en vol (de la CSeries) vont se poursuivre.»

Selon Bombardier, les avions de plus de 150 places, qui représentent plus de 60 pour cent des flottes chinoises, sont trop imposants pour desservir les villes secondaires.

Benoît Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, a abondé dans le même sens que M. Spracklin.

«Le carnet de commandes de Bombardier va croître et l'entreprise devrait profiter d'autres opportunités dans le secteur aéronautique», affirme l'analyste.

Diverses compagnies aériennes se disent intéressées au nouvel appareil proposé par Bombardier.

De passage à Montréal en septembre, le chef de la direction du transporteur aérien indonésien à bas prix Lion Air, Rusdi Kirana, avait notamment affirmé qu'il pourrait passer la plus importante commande d'appareils de la CSeries.

Air Canada pourrait également commander une centaine d'appareils CSeries afin de renouveler une partie de sa flotte vieillissante, avait dit son président-directeur général, Calin Rovinescu, en août, en Ontario.

Entre-temps, les essais de la CSeries se poursuivent toujours aux installations de Bombardier, à Mirabel.

M. Poutissou a indiqué que la prochaine phase de tests devrait inclure des manoeuvres à haute vitesse et à une altitude plus élevée. Le deuxième appareil pour les essais en vol devrait aussi bientôt être prêt.

L'assemblage du premier CS100 destiné à être vendu a également débuté à Mirabel.

Les premières livraisons des CS100, de 110 à 125 places, devraient avoir lieu d'ici un an, à moins d'imprévus. Celles des CS300 devraient ensuite suivre dans les mois suivants.

L'action de Bombardier a avancé vendredi de 9 cents à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 5,08 $.

PLUS:pc