NOUVELLES

Québec craint de tout payer à Lac-Mégantic: il propose une entente au fédéral

17/10/2013 06:44 EDT | Actualisé 17/12/2013 05:12 EST

QUÉBEC - Québec ne veut pas d'une deuxième «crise du verglas» à Lac-Mégantic: mécontent des propositions du gouvernement Harper et craignant d'avoir à tout payer de sa poche comme lors de la crise du verglas en 1998, le gouvernement Marois soumettra vendredi un nouveau projet d'entente au fédéral pour partager la facture de la décontamination sur les lieux de la catastrophe ferroviaire.

Le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Alexandre Cloutier, a soutenu, jeudi, que les projets d'entente proposés par Ottawa sont «inapplicables» en raison de leur lourdeur administrative.

Il recommandera une entente simplifiée sur le plan administratif, d'un montant de 60 millions $, plutôt que les deux ententes de 25 et 35 millions $ actuellement en chantier, avec deux ministères différents. Québec craint par ailleurs d'éponger seul les coûts de la catastrophe, comme cela avait été le cas lors de la crise du verglas en 1998, et presse donc Ottawa de convenir d'une date limite pour les négociations.

«Les projets d'entente (du gouvernement fédéral) sont d'une lourdeur administrative qui rendent leur application tellement complexe qu'on a dû les revoir», a plaidé M. Cloutier, au cours d'une conférence de presse où il réagissait au discours du Trône prononcé à Ottawa mercredi.

«On veut repartir à zéro et simplifier les règles du jeu», a-t-il dit. Du même souffle, toutefois, il ajoute que l'engagement actuel du fédéral, à hauteur de 60 millions $, est «nettement insuffisant». Il reproche à son homologue fédéral, le ministre Denis Lebel, de refuser s'engager au-delà de ce montant.

«Ottawa joue sur les mots. Quand on leur demande s'ils sont au rendez-vous pour la décontamination au-delà de l'engagement du 60 millions $, on maintient un flou artistique.»

M. Lebel exige des factures avant de payer, mais M. Cloutier se dit tout à fait disposé à lui présenter toutes les pièces justificatives.

Alexandre Cloutier a indiqué que le gouvernement Marois avait dépensé 45 millions $ jusqu'à maintenant à Lac-Mégantic, et que chaque semaine qui passe coûte 4 millions $ supplémentaires.

Le gouvernement du Québec redoute en fait d'être piégé comme lors de la crise du verglas de 1998. Le gouvernement de Lucien Bouchard avait alors réclamé 160 millions $ au fédéral, qui n'ont toujours pas été obtenus, 15 ans après, malgré les efforts des gouvernements successifs. Alexandre Cloutier veut éviter ce précédent en convenant d'une échéance dans les négociations.

«C'est justement pourquoi il doit y avoir une date limite. À un moment donné, les négociations doivent se terminer avec le gouvernement fédéral et à très court terme, et dans la mesure où ces négociations sont terminées, on va exiger le paiement du gouvernement fédéral. La dernière chose qu'on veut, c'est que cela devienne une nouvelle crise du verglas et que le Québec ne voit jamais l'argent.»

Le ministre des Affaires intergouvernementales en a aussi profité pour critiquer durement le discours du Trône du gouvernement Harper, notamment en matière de sécurité du transport ferroviaire. Selon lui, Ottawa aurait dû prendre l'exemple de Washington, qui s'est engagé à revoir les règles pour 2014, plutôt que d'attendre les conclusions de l'enquête du Bureau de la sécurité des transports.

Il se réjouit du fait que le fédéral exigera des transporteurs ferroviaires des couvertures d'assurance suffisantes pour leurs activités, mais à son avis, cela ne disculpe pas Otatwa de ses responsabilités.

«C'est bien beau reprocher aux compagnies de ne pas avoir pris des assurances, mais encore faut-il qu'il (le fédéral) reconnaisse sa propre culpabilité dans le laxisme de l'application des règles», a-t-il dit.

PLUS:pc