NOUVELLES

Ottawa abolira l'obligation de visa pour les ressortissants tchèques

17/10/2013 06:37 EDT | Actualisé 17/12/2013 05:12 EST

CALGARY - Le gouvernement fédéral se prépare à lever l'obligation de visa pour les citoyens tchèques en visite au Canada, a confirmé jeudi le ministre du Développement social, Jason Kenney.

Ottawa avait aboli, en 2007, l'obligation de visa pour les ressortissants tchèques souhaitant se rendre au Canada, avant de l'imposer à nouveau deux ans plus tard. Le gouvernement fédéral s'inquiétait alors du nombre «excessif» de demandes d'asile, dont la plupart étaient déposées par des Roms de la République tchèque qui dénonçaient la discrimination dont ils y faisaient l'objet.

M. Kenney était ministre de l'Immigration en 2009, au moment de l'annonce du retour des visas pour les ressortissants de la République tchèque.

«Nous avons eu, entre 2007 et 2009, une énorme vague de demandes d'asile non fondées provenant de la République tchèque. La bonne nouvelle, c'est que notre réforme du système d'octroi de l'asile a permis de réduire le nombre de fausses demandes déposées par des requérants issus par exemple de l'Union européenne», a soutenu M. Kenney jeudi, en marge d'un événement à Calgary.

«Nous avons toujours dit que nous voulions éventuellement assurer un déplacement sans visa aux citoyens de l'Union européenne, mais nous avons aussi la responsabilité de protéger l'intégrité de notre système d'immigration.»

«Nous avons expliqué aux Tchèques qu'éventuellement, nous reviendrons à une exemption dans leur cas, mais qu'il nous fallait d'abord remédier aux problèmes de notre système et les résultats ont été, jusqu'à présent, positifs. La vérité, c'est que l'annonce n'a pas encore été faite», a poursuivi M. Kenney.

Ses propos surviennent peu après une annonce semblable faite par l'ambassadeur du Canada en République tchèque, Otto Jelinek, qui a affirmé, plus tôt jeudi, que le gouvernement canadien prévoyait permettre aux Tchèques d'entrer sur son territoire sans visa «dès que possible».

Ce dossier sensible auprès du gouvernement tchèque aurait par ailleurs menacé la conclusion du nouvel accord de libre-échange avec l'Union européenne.

Le premier ministre, Stephen Harper, est attendu à Bruxelles pour conclure cet accord vendredi.

M. Kenney n'a pas précisé à quel moment l'obligation de visa pour les Tchèques serait levée.

«Écoutez, aucune décision n'a été prise, donc il faudra attendre. Il y aura une annonce sur toute modification», a-t-il dit.

«Mon plus gros problème, en tant que ministre de l'Immigration, c'était une vague de réclamations déposées par de faux demandeurs d'asile de la Hongrie. Je suis fier de dire que depuis l'instauration, l'an dernier, de notre nouveau — et plus rapide — système d'immigration, le nombre de demandeurs d'asile issus de la Hongrie a chuté de 98 pour cent», a-t-il lancé.

«C'est un très bon signe qui nous indique que nous ne devrions pas voir une résurgence du problème en République tchèque.»

PLUS:pc