NOUVELLES

Les Américains pourront bientôt voir <em>Gabrielle</em>

17/10/2013 03:05 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

L'entreprise Entertainment One Films US distribuera le film sur le marché américain, une étape importante dans la course pour obtenir une place de finaliste dans la catégorie de l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Gabrielle a été choisi, il y a quelques semaines, pour représenter le Canada. Les cinq finalistes pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère seront connus le 16 janvier et la statuette sera remise le 2 mars.

À l'affiche au Québec depuis le 20 septembre, Gabrielle raconte la quête d'indépendance d'une jeune femme atteinte du syndrome de Williams, interprétée par Gabrielle Marion-Rivard.

Par communiqué, le vice-président principal et directeur général de Entertainment One Films US, Dylan Wiley, s'est dit « heureux de proposer ce film au public américain », décrivant Gabrielle comme « une source d'inspiration, une oeuvre puissante et fascinante, dont les thèmes universels sauront convaincre tous les publics ».

Le nombre de salles et la date de sortie du film en sol américain n'ont pas encore été déterminés, mais le producteur Luc Déry de micro_scope affirme que l'intention est de sortir Gabrielle dans un minimum de 10 à 15 salles, entre janvier et avril 2014. Une sélection parmi les finalistes aux Oscars jouerait évidemment en faveur du film et le nombre de projections en salle serait sans doute appelé à augmenter.

Premiers résultats en France

Sorti mercredi sur les écrans français, Gabrielle reçoit un accueil critique globalement enthousiaste. En salle, il a toutefois connu un démarrage un peu décevant. Rien n'est encore joué, mais le nombre d'entrées du week-end sera déterminant pour la suite.

Dans la presse sérieuse et grand public, le long métrage a recueilli des commentaires majoritairement élogieux.

« Il faut courir le voir et célébrer avec ses interprètes ce beau mariage de l'innocence et des sentiments », a ainsi lancé l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur, séduit par un film qui « réussit à faire d'un sujet tabou et un peu gênant, un magnifique hymne à l'amour et à la tolérance. »

« Vous n'oublierez jamais ces Roméo et Juliette pas comme les autres », a renchéri Paris Match.

Le Monde a parlé, de son côté, d'un « petit moment de grâce, transcendé par les chansons de Robert Charlebois ». Ce film est « simple et touchant. Banalement humain », a résumé L'Express. « Solaire, beau et émouvant », a ajouté le Journal du dimanche, tandis que La Croix a évoqué un « film lumineux sur l'amour, la vulnérabilité et la force de personnages handicapés, transcendés par l'art, à l'intérieur d'une chorale. »

PLUS:rc