NOUVELLES

De nombreux artistes se joindront à Dan Bigras pour le 23e «Show du Refuge»

17/10/2013 02:28 EDT | Actualisé 17/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Certains des jeunes hommes en difficulté et sans-abri qui fréquentent le Refuge des jeunes, à Montréal, n'étaient même pas nés lorsque Dan Bigras a organisé son tout premier «Show du Refuge», il y a 23 ans.

Année après année, des artistes de tous les genres et de toutes les générations sont montés sur scène pour appuyer Bigras et sa cause le temps d'un spectacle-bénéfice, dont la 23e édition aura lieu le 20 novembre. Marie-Mai, Michel Rivard, Florence K, Marie-Pierre Arthur, Jean-Marc Couture, Charlotte Goyer-Cardin, Lulu Hughes, Marco Calliari et Pascale Picard ont répondu à l'appel cette année et promettent un spectacle qui inclura quelques surprises.

«Il n'y a pas d'artistes qui me disent non», a confié Bigras à La Presse Canadienne, donnant même comme exemple une année où Garou était venu faire le spectacle à Montréal entre deux concerts qu'il donnait à Paris. «Il est descendu, il a sauté deux nuits, il est venu faire le show et il est reparti!»

La bonne cause, jumelée au plaisir de se retrouver ensemble sur scène, fait en sorte que les artistes n'ont pas à se faire prier pour répondre «présent». «Écrire des chansons, ou les interpréter, c'est souvent prendre du laid en-dedans, du pas beau, pour essayer de faire du beau. Mais là, en plus de faire du beau, on fait de l'utile, qui passe tout par le coeur. Il y a une pression de faire ces shows-là, pour tout le monde, mais c'est en même temps très le fun à faire», a expliqué le chanteur.

Le concert permet au Refuge de récolter le quart de son financement. Pour un organisme, chaque dollar est nécessaire, et c'est pourquoi il est d'autant plus difficile pour Bigras d'entendre parler de gaspillage, de fraude, de vol. Au moment où le mot «corruption» n'a jamais été aussi souvent utilisé dans les journaux, l'animateur et directeur artistique de la soirée avoue trouver «douloureux» de regarder les témoignages de la Commission Charbonneau alors que, chaque année, il espère pouvoir recueillir assez de fonds pour permettre au Refuge de continuer d'offrir ses services.

«Chaque fois que le "Show" arrive on est content, chaque fois on se dit "Bon, on l'a échappé belle." Ça fait 23 ans qu'on se dit qu'on l'a échappé belle», a-t-il déploré.

Selon lui, il faut «casser cette culture» de corruption, «récupérer notre fric et le mettre à des endroits où on en a de besoin comme société».

«Moi, comme payeur de taxes, si j'échappe mon fils un jour, je suis-tu content de savoir qu'il y a un endroit que mes taxes payent, qui va le rattraper, lui sauver la vie, l'aider à se reconstruire, pallier ce que je n'ai pas réussi à faire malgré toute ma bonne volonté? Je serais content que mes taxes servent à ça plutôt qu'aller dans la poche d'un paquet de "crosseux" comme on voit ces temps-ci», a-t-il lancé.

Le «Show du Refuge» se tiendra le 20 novembre à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts et une captation du spectacle sera diffusée sur les ondes d'Ici Radio-Canada Télé au mois de décembre.

PLUS:pc