NOUVELLES

Commission Charbonneau: c'est Raynald Desjardins qui menait la barque, dit Ringuette

17/10/2013 08:53 EDT | Actualisé 17/12/2013 05:12 EST
Radio-Canada

EN DIRECT - Le co-fondateur de Carboneutre a finalement perdu le contrôle de sa compagnie sans pour autant réussir à la vendre, se retrouvant ainsi entouré de collaborateurs dont il ignorait l'essentiel des agissements. Il n'a ainsi pu dire grand chose sur la présence officieuse dans l'entreprise du mafieux Raynald Desjardins, ou encore de celle de son ami Jocelyn Dupuis.

Un texte de François Messier

Notre blogue en direct

L'ingénieur Benoît Ringuette espérait, avec l'arrivée de l'entrepreneur Domenico Arcuri, pouvoir rapidement se départir d'une entreprise qui s'était révélée un gouffre financier.

Mais bien que ce dernier ait pris en main le contrôle de Carboneutre dès février 2008 avec promesse d'achat, jamais la transaction finale, reportée de mois en mois, n'aura lieu.

« Pensez-vous que j'allais poursuivre Domenico Arcuri et Raynald Desjardins pour qu'ils aillent signer chez le notaire ? », souligne M. Ringuette. Finalement, le 9 août 2012, il laisse la compagnie à M. Arcuri.

M. Ringuette croit que Domenico Arcuri a attendu un financement qui ne se matérialisa jamais. L'échec de ce dernier à obtenir, en 2008, de l'aide du Fonds de solidarité FTQ, malgré la présence à leurs côtés de Jocelyn Dupuis, directeur général de la FTQ-Construction, aurait joué un rôle important.

Il a confirmé au passage, comme l'avait convenu le président de la FTQ Michel Arsenault, que deux rencontres avaient eu lieu entre les gens de Carboneutre et ce dernier. Chaque fois, M. Arsenault était accompagnés de personnes du Fonds, et M. Ringuette de Domenico Arcuri. La première rencontre a eu lieu au bureau du président de la FTQ, la seconde sur les sites de décontamination de Carboneutre.

Le témoignage de l'ingénieur montre qu'il connaissait finalement peu les gens à qui il était associé, ou encore leur rôle dans l'entreprise et encore moins ses actionnaires. Il dit notamment avoir appris par les journaux que M. Dupuis devait se joindre à la compagnie, un homme qu'il n'aura en tout croisé que deux fois.

Il savait aussi peu de choses des questions d'argent et explique que, s'il croit que Carboneutre souhaitait avoir cinq millions du Fonds, il ne participait jamais à ce type de discussions.

Il explique sinon avoir déduit, des rapports entre MM. Arcuri et Desjardins, que ce dernier avait un fort ascendant sur le premier.

« Quand Raynald parlait, Domenico se taisait (...) Ce que j'en ai déduit, c'est que c'est Raynald qui menait la barque. » — Benoit Ringuette

M. Ringuette a aussi fait état d'une rencontre avec le député libéral Tony Tomassi, à l'initiative de M. Arcuri, afin de lui faire une présentation de la technologie de Carboneutre.

Il dit avoir pu constater alors que les deux hommes se connaissaient mais ne peut dire sinon si la rencontre a donné un quelconque résultat.

Selon M. Ringuette, M Arcuri lui aurait dit : « c'est toujours important de garder contact avec le domaine politique ». Il explique avoir d'ailleurs participé à une activité de financement dans un club de golf, au profit, croit-il, de M. Tomassi, sa présence étant payée par M. Arcuri.

À partir de 2009, M. Ringuette s'éloigne peu à peu de Carboneutre pour se consacrer à la nouvelle compagnie qu'il a créé, Épilobe.

Carboneutre sous la coupe de proches du crime organisé

Appelé à la barre des témoins mercredi après-midi, M. Ringuette a expliqué comment la société Énergie Carboneutre, qu'il a fondée en 2005 avec Yves Thériault, a rapidement croulé sous les dettes, jusqu'à ce que Domenico Arcuri, considéré proche de la mafia par les milieux policiers, en prenne le controle, avec promesse d'achat, le 1er février 2008. Trois compagnies à numéro ont alors récupéré la firme, rebaptisée Société internationale Carboneutre.

Domencio Arcuri, déjà patron de construction Mirabeau, est alors devenu président de la nouvelle société, tandis que Raynald Desjardins, associé depuis longtemps au clan mafieux Rizzuto, en est devenu secrétaire-trésorier. Ce dernier, qui devait n'être qu'un « partenaire silencieux », selon ce qu'avait dit M. Arcuri à M. Ringuette, a rapidement cédé sa place d'administrateur à Giuseppe Bertolo, frère du mafieux Jonny Bertolo, et à Gaétan Gosselin.

Le témoin de la commission a expliqué que Raynald Desjardins lui a présenté en avril 2008 Jocelyn Dupuis, alors directeur général de la FTQ-Construction, et que l'idée d'aller solliciter un appui financier du Fonds de solidarité FTQ a rapidement été évoquée. MM. Dupuis et Desjardins semblaient avoir tissé « une bonne amitié », a-t-il dit, le second allant même jusqu'à relater en sa présence une anecdote survenue lors de vacances prises ensemble sur la Côte-Nord.

Carboneutre et le Fonds : une histoire encore incomplète

Le président du conseil d'administration du Fonds de solidarité FTQ et président de la FTQ Michel Arsenault a publiquement admis en décembre 2011 avoir rencontré Domenico Arcuri, Benoit Ringuette et Yves Thériault à deux reprises à l'été 2008, à la demande de Jocelyn Dupuis.

L'ex-syndicaliste Ken Pereira a pour sa part raconté à la commission la semaine dernière que M. Arsenault lui a révélé le 19 août 2008 que Jocelyn Dupuis s'était présenté à son bureau un mois plus tôt, avec « un Italien », et qu'il s'était fait offrir un pot-de-vin de 300 000 $ pour défendre le projet au Fonds de solidarité.

M. Arsenault a toujours nié publiquement cette histoire de pot-de-vin en soulignant que le Fonds n'avait jamais investi dans Carboneutre.

Me Gallant a déjà annoncé que deux autres témoins viendront également parler de l'infiltration de la société Carboneutre par le crime organisé. André Antoine, analyste au ministère de l'Environnement (direction régionale de Montréal) sera appelé à la barre après M. Ringuette. Le nom de l'autre témoin n'a pas encore été divulgué.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref