NOUVELLES

Wilson et les Seahawks sont de retour en Arizona, là où il a fait ses débuts

16/10/2013 07:10 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

GLENDALE, États-Unis - Le quart des Seahawks de Seattle Russell Wilson est de retour en Arizona, là où il a effectué ses débuts dans la NFL il y a un peu plus d'un an.

Il avait peut-être perdu ce match, mais ses Seahawks ont depuis un dossier de 17-6, alors qu'il est devenu un quart polyvalent à la tête d'une offensive dangereuse.

«Je suis un quart de cinq pieds 11 pouces, a-t-il dit, mais je ne pense pas que ma taille définie mes habiletés.»

Wilson retrouvera dans son chemin jeudi soir les Cardinals et il jouera dans un stade où les Seahawks ont obtenu peu de succès, eux qui ont perdu cinq de leurs six derniers matchs au stade de l'Université de Phoenix. Il soutient être un bien meilleur quart qu'un certain dimanche il y a 13 mois.

«Le jeu est beaucoup plus lent à mes yeux, a expliqué Wilson. Je comprends beaucoup mieux notre offensive, les ajustements à la protection, tout ça. Je connais aussi mes receveurs.»

Les Seahawks (5-1) sont pratiquement invincibles à domicile, là où ils ont gagné 11 matchs de suite. La dernière fois que les Cardinals ont joué au CenturyLink Field, le 9 décembre dernier, ils ont perdu 58-0, le plus cuisant revers par blanchissage dans l'histoire de l'équipe et une défaite qui a signalé la fin de l'ère Ken Whisenhunt.

Cependant, les Seahawks sont plus vulnérables quand ils ne jouent pas dans le Nord-Ouest des États-Unis. Leur seule défaite cette saison a été subie contre les Colts à Indianapolis et leurs deux autres matchs à l'étranger ont été serrés — 12-7 contre les Panthers en Caroline et 23-20 en prolongation contre les Texans à Houston.

Comme les Seahawks, les Cardinals (3-3) ont eu une semaine d'entraînement plus courte et moins intense après un revers de 32-20 contre les 49ers à San Francisco.

Selon l'entraîneur-chef des Cardinals Bruce Arians, la préparation a donc été plutôt «mentale».

«Vous devez apprendre à connaître votre adversaire sans vous entraîner à pleine vitesse, a-t-il expliqué, et c'est la même chose du côté de l'offensive dans son assimilation du plan de match. Vous devez donc être encore plus prêt mentalement.»

PLUS:pc