NOUVELLES

SNC-Lavalin revoit ses prévisions financières à la baisse

15/10/2013 10:13 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST
CP

La société SNC-Lavalin a dû revoir à la baisse ses prévisions pour l'exercice 2013.

L'entreprise québécoise a indiqué mardi soir, par voie de communiqué, que son bénéfice oscillera entre 10 millions $ et 50 millions $ pour l'exercice 2013. Ses prévisions précédentes faisaient état d'une fourchette de 220 millions $ à 235 millions $. Ces chiffres tiennent compte des revenus que devrait générer la vente de 66 pour cent de la participation minoritaire de SNC dans la centrale Astoria II.

SNC attribue cette révision à la baisse par divers facteurs. Elle cite des contrats non rentables en Afrique du Nord ainsi que dans le secteur Infrastructures et environnement, particulièrement dans le milieu hospitalier et dans le secteur routier. A ce sujet, elle a voulu se montrer rassurante en écrivant que ces révisions «touchaient principalement des projets se trouvant déjà en situation de perte». Pour elle, ce sont des «événements ponctuels». Sa rentabilité future ne devrait pas être affectée par cela.

La société a également indiqué que sa réorganisation européenne imposera des frais supplémentaires d'environ 75 millions $.

Les perspectives moins alléchantes «reflètent aussi l'incidence du fléchissement des marchés des produits de base qui persiste dans le secteur Mines et métallurgie».

Le président et chef de la direction de SNC-Lavalin, Robert Card, a déclaré que le «but premier de l'entreprise est de continuer à surmonter les difficultés associées à certains projets du carnet de commandes actuel et de s'attaquer activement aux réclamations potentielles».

Il a ajouté que SNC s'emploiera désormais à «réaliser des projets à marge élevée et à mettre en place des mesures visant à ramener nos frais de vente, généraux et administratifs au moins aux niveaux des années passées».

SNC dit poursuivre les objectifs formulés dans son plan stratégique de mai, visant «à progresser dans des marchés clés de l'ingénierie et construction, en particulier dans le domaine des ressources, y compris dans les secteurs Pétrole et gaz, Mines et métallurgie, et Environnement et eau».