NOUVELLES

Rob Ford : le <em>Star</em> et le <em>Globe </em>disculpés

16/10/2013 07:32 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

Le Conseil de presse de l'Ontario a rejeté les plaintes de lecteurs au sujet d'articles parus en mai dernier dans le Toronto Star et le Globe and Mail quant à des allégations de consommation et de trafic de drogue contre le maire de Toronto et son frère.

L'organisme qui supervise le travail des médias en Ontario a conclu que le journalisme d'enquête pratiqué par les des deux quotidiens était « responsable ».

Le Star avait rapporté avoir vu une vidéo d'un homme ressemblant au maire Ford en train de fumer ce qui semblait être du crack. Le Globe, lui, avait publié un dossier qui alléguait, selon des sources anonymes, que le frère du maire et conseiller municipal Doug Ford avait vendu du haschich.

Le Conseil de presse a, toutefois, critiqué le Globe relativement à de nombreuses références dans son article sur le passé trouble de deux autres membres de la famille Ford, des renseignements privés qui n'étaient pas liés au thème principal du dossier, selon l'organisme.

Rob Ford et Doug Ford n'avaient pas porté plainte eux-même contre les deux journaux et n'ont pas assisté aux audiences en septembre dernier. Les deux élus ont nié dans le passé les allégations à leur endroit de consommation et de trafic de drogue. Ils ont accusé les médias, et en particulier le Toronto Star, de mener une campagne de salissure contre eux.

Le conseiller Ford est revenu à la charge, mercredi, sur les ondes d'une radio privée, accusant le Conseil de presse de ne pas être impartial.

Le maire Ford, pour sa part, a refusé de commenter la décision du Conseil de presse, mercredi.

La défense

Le rédacteur en chef du Star, Michael Cooke, a assuré le Conseil de presse, en septembre dernier, que le quotidien avait vérifié les allégations avant publication.

« Cette histoire est vraie, a-t-il dit. Tous les mots utilisés dans l'article le sont aussi. »

M. Cooke a aussi précisé que le journal avait donné « au moins 14 chances » à M. Ford de réagir aux allégations avant leur publication, mais en vain. Toutefois, le quotidien a tenté de contacter le maire seulement après que le site américain Gawker eut parlé sur Internet de la présumée vidéo de lui. 

Le rédacteur en chef du Star a aussi affirmé que le maire n'avait jamais véritablement commenter la situation par la suite, choisissant plutôt « d'éviter » les questions à ce sujet.

Pour sa part, le Globe a dit s'être appuyé sur « plusieurs sources ». Le rédacteur en chef du journal a ajouté que le « trafic de drogue est sûrement un sujet d'intérêt public ». Un responsable éditorial du Globe s'était même déplacé pour faire réagir Doug Ford sur l'histoire avant sa publication, mais en vain.

PLUS:rc