POLITIQUE

Les Montréalais veulent moins d'élus à l'hôtel de ville (SONDAGE)

16/10/2013 08:05 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST
PC

Exclusif - Une très forte majorité de Montréalais est favorable à l'idée de réduire le nombre d'arrondissements et de conseillers municipaux à l'hôtel de ville, selon le dernier volet du sondage CROP réalisé pour Radio-Canada.

Neuf répondants sur 10 se disent « très en faveur » ou « plutôt en faveur » de la réduction du nombre de conseillers municipaux, et 73 % d'entre eux ont la même opinion à l'égard de la diminution du nombre d'arrondissements dans la métropole.

Les résultats de ce sondage mené auprès de 1001 internautes montréalais du 11 au 15 octobre vont à l'encontre de la position du meneur dans la course à la mairie, Denis Coderre. Ce dernier a déjà indiqué qu'il n'était pas question de toucher aux 103 postes de maires et de conseillers à Montréal, ni de réduire la taille de ses 19 arrondissements.

Marcel Côté a lui aussi promis de ne rien changer pour le moment, tandis que Richard Bergeron se penche sur la possibilité de revoir la gouvernance des arrondissements.

Alors que la dette nette de la Ville de Montréal s'élève à près de 5 milliards de dollars, comment peut-on améliorer la situation des finances publiques? Un peu plus de la moitié des Montréalais estime qu'il faut maintenir le statu quo et qu'il ne faut ni augmenter les taxes ni diminuer les dépenses.

Un répondant sur 10 affirme qu'il faut hausser les taxes pour investir dans les infrastructures et améliorer les services, alors qu'à l'inverse 36 % des Montréalais jugent qu'il faut diminuer les dépenses en coupant dans les services et les investissements.

Prolongement du métro, tramway, système rapide par bus... Le transport est l'un des principaux enjeux pour lequel les candidats ne semblent pas s'entendre, et chacun y va de son propre projet. Mais qu'en pensent les Montréalais?

Selon 59 % des répondants, le prochain maire de Montréal devrait privilégier le prolongement du métro. Les autobus à voie réservée récoltent 29 % des voix, tandis que le tramway ne récolte que 12 % de la faveur populaire.

Peu importe le moyen choisi, 54 % des Montréalais estiment que le prochain maire devrait investir davantage pour améliorer le système de transport en commun, contre 46 % qui affirment qu'on devrait plutôt financer le réseau routier existant.

Mais de quelle façon devrait-on financer le transport collectif? 57 % des répondants jugent qu'on ne devrait pas augmenter les taxes et les tarifs pour financer davantage le transport en commun, tandis que 43 % croient que le péage (29 %), la taxe sur l'essence (9 %) ou la hausse de l'impôt foncier (5 %) devraient servir à ce financement.

Montréal est considérée comme la meilleure ville cycliste en Amérique du Nord, avec plus de 900 000 adeptes du deux-roues. Le nombre de vélos dans les voies cyclables de l'île a fait un bond spectaculaire de 58 % depuis 2008, selon les chiffres de la Ville.

Près des trois quarts des Montréalais se disent favorables au développement du réseau de pistes cyclables, contre 28 % qui y sont opposés. Quant à la réduction du nombre d'automobiles au centre-ville, les opinions sont plus partagées : 55 % sont en faveur, contre 45 %.

Depuis 2008, la Ville a ajouté 186 km de voies cyclables au réseau, qui totalisait 602 km en 2012. Elle crée une trentaine de kilomètres de voies cyclables par année, au coût de 10 millions de dollars.

De 2006 à 2011, la population de la région métropolitaine a connu une croissance de 5,7 %. Or, durant la même période, la Société de l'assurance automobile du Québec a enregistré une hausse de 10,9 % du nombre de véhicules.

INOLTRE SU HUFFPOST

Qui se présente? Qui ne se présente pas?