NOUVELLES

Des militants de Greenpeace prennent d'assaut un terminal pétrolier

16/10/2013 02:59 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST
PC

BURNABY, C.-B. - Des militants de Greenpeace tentent de perturber les activités du terminal pétrolier du pipeline de Kinder Morgan à Burnaby, en Colombie-Britannique.

Greenpeace a indiqué mercredi que deux militants ont grimpé sur le mécanisme de pompage du terminal, et qu'une douzaine d'autres sont sur les lieux avec une bannière proclamant «Non aux pipelines des sables bitumineux». D'autres militants seraient montés sur deux réservoirs de stockage.

Le porte-parole Peter Louwe affirme que le mouvement de protestation s'est mis en branle vers 7 h, mercredi matin, et que les manifestants comptaient rester jusqu'à ce qu'un message fort d'opposition à l'expansion des oléoducs soit envoyé au premier ministre Stephen Harper.

Ce centre de stockage et de pompage est le terminal de la côte ouest du pipeline Trans Mountain, qui transporte le pétrole des sables bitumineux du secteur d'Edmonton, en Alberta, à travers le sud de la Colombie-Britannique jusqu'au port de Burrard Inlet, à l'est de Vancouver, pour des livraisons outremer.

Greenpeace s'oppose à l'expansion du réseau de pipelines en Colombie-Britannique, alors que Kinder Morgan a déposé une requête pour pratiquement tripler la capacité de son oléoduc Trans Mountain — de 300 000 barils par jour à 890 000.

«Tout nouveau navire pétrolier ou kilomètre de pipeline augmente les risques de catastrophes pétrolières pour les communautés et le littoral de la Colombie-Britannique, a déclaré par communiqué Keith Stewart, responsable de la campagne Climat-Énergie à Greenpeace Canada. Nous appelons le premier ministre Harper à dire non à l’expansion des sables bitumineux et oui à un futur énergétique plus propre.

«Plus de 130 communautés de Premières Nations, ainsi que plusieurs groupes environnementaux et sociaux s’opposent aux projets de pipeline Northern Gateway d’Enbridge et à l’expansion du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan», a aussi indiqué Greenpeace.

Une porte-parole de Kinder Morgan, Lexa Hobenshield, a fait valoir que l'entreprise est consciente qu'un projet de cette ampleur suscite divers points de vue. «Nous avons été et sommes toujours ouverts à discuter avec les individus et les groupes pour entendre leurs inquiétudes et pour partager des informations factuelles sur le projet», a-t-elle affirmé par communiqué.

Greenpeace a aussi indiqué que les militants portent des brassards en solidarité avec les 28 membres d’équipage de l’Arctic Sunrise et les deux journalistes et photographes présentement détenus à Mourmansk, en Russie, après que deux activistes eurent tenté d’escalader la plateforme de la pétrolière russe Gazprom dans les eaux internationales de l’Arctique.

INOLTRE SU HUFFPOST

Comprendre les projets de pipelines