NOUVELLES

Le titre de SNC-Lavalin recule de presque 5%

16/10/2013 08:03 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

À la Bourse de Toronto, le titre de SNC-Lavalin (TSX:SNC) s'est délesté de presque 5 % de sa valeur, mercredi, au lendemain d'une révision à la baisse des prévisions de la firme d'ingénierie pour l'exercice 2013.

L'action de SNC-Lavalin a clôturé à 42,13 $, en baisse de 2 $ ou 4,53 %.

Mardi, l'entreprise québécoise avait indiqué que son bénéfice allait osciller entre 10 millions et 50 millions de dollars pour l'exercice 2013.

Ses prévisions précédentes faisaient état d'une fourchette de 220 millions à 235 millions de dollars.

Pour expliquer cette révision à la baisse, SNC-Lavalin cite des contrats non rentables en Afrique du Nord ainsi que dans le milieu hospitalier et dans le secteur routier. Selon l'analyste Maxim Sytchev, de Dundee Capital Markets, la direction de SNC-Lavalin évoque, sans toutefois le nommer, le projet de construction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) lorsqu'elle cite ses pertes financières dans le secteur hospitalier. L'analyste de Dundee Capital Markets estime toutefois que projets les plus difficiles menés par SNC-Lavalin ne devraient pas avoir d'impact en 2014.

La compagnie, dont le siège social est à Montréal, doit annoncer ses résultats du troisième trimestre le 1er novembre.

Une nouvelle équipe « plus solide »

L'analyste Maxim Sytchev affirme que l'équipe de direction de SNC-Lavalin est maintenant plus solide qu'il y a 20 mois, lorsque des problèmes d'éthique avaient provoqué le départ de plusieurs dirigeants.

En octobre 2012, l'ingénieur américain Robert G. Card a pris la tête de SNC-Lavalin succédant à Pierre Duhaime, qui avait démissionné après 23 années de service.

Pierre Duhaime a été formellement accusé de fraude, de complot pour fraude et de production de faux documents en lien avec le contrat de plus de 1,3 milliard de dollars pour la construction du nouveau campus du CUSM.

En février 2013, l'Unité permanente anticorruption, l'UPAC, a lancé des mandats d'arrestation non seulement contre Pierre Duhaime, mais aussi contre l'ancien vice-président de la firme de génie, Riadh Ben Aïssa et contre l'ex-directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Arthur Porter. Parmi les 24 chefs d'accusation portés contre les personnes visées figurent notamment ceux de fraude, de complot pour fraude, de fraude envers le gouvernement, d'abus de confiance et de recyclage des produits de la criminalité.

PLUS:rc