NOUVELLES

Commission Charbonneau:l'ancien cofondateur de Carboneutre racontre ses déboires

16/10/2013 04:14 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Un ingénieur qui a eu l'idée de lancer l'entreprise de décontamination des sols Énergie Carboneutre a raconté devant la Commission Charbonneau, mercredi, ce qu'il a appelé sa «descente aux enfers», ses déboires financiers, puis l'arrivée dans son horizon de Jocelyn Dupuis, Raynald Desjardins et Domenico Arcuri.

Benoît Ringuette avait incorporé sa compagnie en décembre 2005, grâce au coup de pouce d'un homme d'affaires, Yves Thériault. Ce dernier devait se charger de trouver du financement pour l'entreprise naissante, un financement qui s'est révélé très difficile à trouver, malgré une technologie innovatrice.

Rapidement, Énergie Carboneutre a été criblée de dettes, avant même de commencer à traiter des sols contaminés. De plus, l'entreprise a été confrontée à une injonction et à des problèmes avec le ministère de l'Environnement.

Dès novembre 2006, parce qu'il n'aimait pas la façon dont Yves Thériault cherchait du financement pour la compagnie, M. Ringuette s'est retiré. Une entente à l'amiable a été conclue voulant qu'il démissionne. Le document devait être transmis au Registre des entreprises, une étape qui n'a pas été réalisée, a-t-il appris plus tard.

M. Ringuette, un ingénieur, demeurait toutefois pour s'occuper des aspects technologiques au sein de l'entreprise; c'est lui qui répondait au ministère de l'Environnement.

Domenico Arcuri, un homme présumé être un proche du crime organisé, est arrivé «en sauveur» dans son horizon par le biais de sa compagnie Mirabeau. C'est cette entreprise qui a commencé par refaire le pavage du site de la future usine de décontamination des sols pour se conformer aux exigences du ministère de l'Environnement.

M. Arcuri a aussi pu apporter de l'argent à l'entreprise, qui en avait bien besoin, a concédé le témoin.

En février 2008, Arcuri a fini par prendre le contrôle de la compagnie, qui est devenue Société internationale Carboneutre. M. Ringuette ignorait alors qui était Domenico Arcuri. «Ca me semblait être un homme d'affaires très occupé qui avait surtout l'argent pour continuer», a-t-il répondu au procureur chef adjoint de la commission, Me Denis Gallant. L'entreprise avait alors entre 4 et 5 millions$ de dettes.

Les administrateurs de cette nouvelle entreprise qui rachète Énergie Carboneutre sont au départ Domenico Arcuri et Raynald Desjardins, un caïd, que M. Ringuette ne connaissait pas non plus à l'époque. «Je n'avais jamais entendu son nom avant d'aller voir sur Internet.» Cette information lui est tombée dessus comme «une tonne de briques», a-t-il raconté à la commission.

C'est en mars ou avril 2008 que Raynald Desjardins lui présente Jocelyn Dupuis, alors directeur général de la FTQ-Construction. Et, selon lui, dès le départ il a été question du financement du Fonds de solidarité de la FTQ. «Ah bien oui, j'ai ai déduit que c'était le lien, là!» s'est exclamé M. Ringuette.

Jocelyn Dupuis et Raynald Desjardins lui ont paru être des amis. «Ils rigolaient ensemble; ils parlaient. Entre les deux, il avait l'air d'y avoir une bonne amitié; ils avaient l'air de bien se connaître.» M. Ringuette a su que les deux hommes avaient pris des vacances ensemble sur la Côte-Nord avec leur épouse respective.

Son témoignage se poursuit jeudi.

PLUS:pc