NOUVELLES

Bobby Orr changerait certaines règles, mais pas celles concernant les combats

16/10/2013 10:24 EDT | Actualisé 16/12/2013 05:12 EST

TORONTO - Bobby Orr dit qu'il aimerait bien participer au jeu ouvert qu'offre la LNH de nos jours. Mais il estime qu'il faudrait quand même changer certaines choses.

Dans son autobiographie intitulée «Orr: My Story», l'agent et ancien défenseur décrit ce qui, selon lui, rendrait le hockey plus sécuritaire. Il voudrait notamment qu'on tienne compte à nouveau de la ligne rouge afin de ralentir le jeu et qu'on enlève le trapèze afin de réduire le nombre de mises en échec derrière le filet.

«La dernière chose que je voudrais voir, c'est qu'on élimine les mises en échec du hockey, a déclaré Orr en entrevue avec La Presse Canadienne. C'est un sport robuste, et étant donné que les joueurs sont grands et qu'ils jouent avec des rondelles et des bâtons, il va y avoir des blessures. Il faut seulement réduire les contacts stupides par derrière, et les incidents où des joueurs essaient d'intimider d'autres joueurs qui ne jouent pas comme ça. Ça, ce n'est pas correct.»

Le membre du Panthéon du hockey ne veut pas éliminer les combats, toutefois.

Dans son livre, il donne en guise d'exemple John Ferguson, attaquant du Canadien de Montréal qui avait des dons de pacificateur mais qui pouvait aussi jouer du bon hockey.

«Si un joueur essaie d'intimider un joueur talentueux de votre équipe, que veut-on? On veut que nos joueurs talentueux jouent, alors il ne faut pas faire ça, a avancé Orr, qui s'est livré à 42 combats dans la LNH selon HockeyFights.com. Si on élimine les combats complètement, il n'y aura plus cette peur de se faire tabasser. On n'a pas besoin de voir des joueurs se promener dans le but d'utiliser leurs bâtons et de frapper des joueurs qui ne frappent pas en temps normal.»

Orr est en faveur de l'élimination des combats qui sont planifiés d'avance et qui éclatent dès la mise en jeu, ou qui suivent une mise en échec solide mais légale. Il aimerait que les arbitres sachent réagir en fonction du ton d'un match et décident de décerner des pénalités supplémentaires quand c'est pertinent.

Selon Orr, la LNH est dans une bonne situation à l'heure actuelle parce qu'il y a plus de joueurs de talent que jamais. Il se dit toutefois préoccupé par le nombre de joueurs de talent qui sont la cible de coups salauds, ou qu'on cherche à inciter à jeter les gants.

«Nous voulons que nos joueurs habiles jouent, alors il ne faut pas qu'il y ait des joueurs qui se promènent et essaient de les intimider ou de les sortir du jeu, de les sortir de la patinoire, a-t-il dit. Je ne veux pas voir Sidney Crosby au banc des punitions. Je ne veux pas qu'il se blesse. Je veux le voir jouer parce qu'il est notre meilleur joueur. Il faut que nos meilleurs joueurs jouent tout le temps.»

Orr aimerait aussi qu'on ramène la ligne bleue là où elle était avant qu'on décide d'agrandir les zones à chaque bout de la patinoire.

Selon lui, la fracture à la jambe qu'a subie l'attaquant des Bruins de Boston Gregory Campbell en bloquant un tir, pendant les séries du printemps dernier, est le genre d'incident qu'on devrait chercher à éliminer.

«Il y a plus de pénalités et c'est difficile de jouer à quatre contre cinq, parce qu'on a ajouté quatre pieds à la zone offensive. Les équipes cherchent à préparer la table pour un tir sur réception, et l'entraîneur dit à ses joueurs de bloquer le tir. Plusieurs joueurs se blessent gravement en raison de rondelles déviées et de jeux du genre», a noté Orr, qui s'est aussi dit d'avis que l'interdiction d'accrocher et de retenir, comme c'est le cas depuis quelques années, a rendu le hockey plus rapide et «un peu plus dangereux».

Orr s'est par ailleurs dit d'accord avec la nouvelle règle hydride concernant les dégagements illégaux.

«Je crois que c'est excellent, a-t-il dit. Je n'ai vu aucun joueur se faire frapper trop durement jusqu'ici cette saison.»

PLUS:pc