NOUVELLES

Ottawa octroiera la citoyenneté honoraire à Malala

15/10/2013 08:58 EDT | Actualisé 15/12/2013 05:12 EST

Le gouvernement de Stephen Harper annoncera mercredi lors du discours du Trône son intention d'octroyer la citoyenneté canadienne à titre honorifique à la jeune Pakistanaise Malala Yousafzai, a appris Radio-Canada.

Elle deviendra ainsi la sixième personne à recevoir cet honneur, après entre autres Aung San Suu Kyi, Nelson Mandela et le dalaï-lama.

Ottawa veut ainsi reconnaître son courage. Malala, 16 ans, a risqué sa vie en militant pour les droits de la personne et pour la liberté face à l'extrémisme et l'oppression des talibans, explique une source gouvernementale.

Cette démarche s'inscrit aussi dans le cadre d'un signal plus large que souhaite envoyer le Canada. Le premier ministre Stephen Harper tient ainsi à démontrer que sa politique étrangère vise avant tout à promouvoir les valeurs canadiennes et qu'elle ne laisse aucune place aux compromis sur la liberté et les droits de la personne.

Des talibans avaient tenté, l'an dernier, d'assassiner l'adolescente en lui tirant une balle dans la tête, parce qu'elle se battait pour que les filles puissent aller à l'école. L'adolescente a réussi à s'en sortir après avoir reçu des soins en Grande-Bretagne.

Elle était considérée comme la favorite, cette année, pour le prix Nobel de la paix, qui est finalement revenu à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques.

Courtiser les consommateurs

Dans son discours du Trône, le gouvernement Harper doit annoncer une série d'initiatives pour mieux protéger les consommateurs canadiens en ciblant notamment les compagnies de téléphonie cellulaire, les câblodistributeurs et les compagnies aériennes. (Consultez le texte d'Emmanuelle Latraverse à ce sujet.)

Le soudain intérêt pour le droit des consommateurs de la part des conservateurs laisse le chef de l'opposition officielle, Thomas Mulcair, perplexe. « Il faut quand même être un peu crédible quand on veut changer de chaîne, avance le chef néo-démocrate. Stephen Harper n'a jamais démontré le moindre intérêt pour les questions concernant le droit des consommateurs. Ça manque de crédibilité. C'est une tentative de sa part de changer de chaîne, de parler d'autres choses que du scandale au Sénat. »

Quant au chef de la deuxième opposition, le libéral Justin Trudeau, il soutient que la population a soif de changements plus profonds malgré les tentatives du gouvernement de mettre de l'avant des solutions ponctuelles à des problèmes précis.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral devrait lancer un signal au sujet de la sécurité ferroviaire. Le Québec réclame des mesures claires sur ce front.

Sans annoncer d'accord, le gouvernement devrait également parler de progrès dans les négociations sur le libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.

Le discours s'inscrit dans la volonté du gouvernement de montrer que le Canada est un îlot de stabilité dans le monde avec la création d'un million d'emplois depuis 2008 et les impôts les plus bas depuis plusieurs générations, avec des baisses approximatives de 3200 $ par famille depuis que les conservateurs ont pris le pouvoir.

Outre les mesures de protection des consommateurs, d'autres sujets sont à surveiller, certains pour leur importance, d'autres pour leur absence. Ainsi, le premier ministre devrait passer sous silence les scandales qui ont éclaté au Sénat au cours des dernières années. Il pourrait toutefois mentionner que le gouvernement a demandé l'avis de la Cour suprême du Canada sur les réformes du Sénat pouvant être faites sans rouvrir la Constitution.

Le discours contiendrait également des mesures sur la loi et l'ordre. Des mesures contre les délinquants sexuels qui sévissent à l'extérieur du pays et contre ceux qui s'attaquent aux enfants devraient être évoquées. Elles apparaissaient déjà dans le discours du Trône de 2011.

Une politique sur l'éducation des populations autochtones constituerait également la pièce maîtresse du gouvernement dans le dossier de la qualité de vie des membres des Premières Nations.

Avec les informations d'Emmanuelle Latraverse et CBC

PLUS:rc