NOUVELLES

L'auteure d'origine canadienne Eleanor Catton remporte le prix Man Booker

15/10/2013 05:16 EDT | Actualisé 15/12/2013 05:12 EST

L'écrivaine néo-zélandaise Eleanor Catton, née en Ontario, a reçu mardi pour son deuxième roman le prestigieux prix Man Booker au Guildhall, à Londres.

The luminaries, son roman-fleuve de 848 pages, se déroule pendant la ruée vers l'or des années 1860 en Nouvelle-Zélande.

À 28 ans, Eleanor Catton était la plus jeune des finalistes.

Parmi les romanciers en lice se trouvait une autre Canadienne, Ruth Ozeki, avec son livre A tale for the time being. La Montréalaise d'origine Alison MacLeod faisait également partie de la liste préliminaire, mais n'avait pas été sélectionnée comme finaliste.

La littérature canadienne est particulièrement bien représentée cette année au chapitre des récompenses, Alice Munro ayant récolté le Nobel de la littérature il y a moins d'une semaine.

Dernière année sans les Américains

Jusqu'à cette année, le Prix international Man Booker honorait une œuvre de fiction de langue anglaise, pourvu que son auteur soit britannique, irlandais, ou originaire d'un des pays du Commonwealth. Mais dès l'an prochain, les auteurs provenant des autres pays, incluant les États-Unis, pourront être candidats, un changement qui vise à élargir les horizons et le prestige du prix.

Bien qu'ils étaient en lice, quatre des finalistes sont tous partiellement établis aux États-Unis.

Le Man Booker apporte généralement à l'auteur qui en est récipiendaire une grande visibilité, accompagnée d'une hausse importante des ventes de ses livres. Le gagnant se mérite une somme de 83 000 $.

Le prix est financé par la firme Man Group PLC.

PLUS:rc