NOUVELLES

Migrants : l'Italie va renforcer son dispositif en Méditerranée

13/10/2013 12:16 EDT | Actualisé 13/12/2013 05:12 EST

L'Italie va multiplier les patrouilles en Méditerranée pour tenter d'éviter de nouveaux drames de l'immigration clandestine, qui ont fait plusieurs centaines de morts ces derniers jours.

Le président du Conseil Enrico Letta a annoncé samedi soir le déploiement de moyens navals et aériens supplémentaires au sud de la Sicile, où les traversées au mépris des règles de sécurité se multiplient du fait de l'instabilité en Libye ou en Égypte et de la guerre civile syrienne.

« Nous avons l'intention de tripler notre présence à la fois en termes d'effectifs et de moyens dans le sud de la Méditerranée pour une mission militarohumanitaire rendue nécessaire en partie par le fait que la Libye est un ''non-État'' », précise le ministre de la Défense Mario Mauro, dans les colonnes du quotidien Avvenire.

« Il faut une action énergique pour faire cesser ces naufrages en mer », poursuit-il, ajoutant que les volets financiers et opérationnels de l'opération sont encore à l'étude.

Vendredi, 34 corps et 206 rescapés ont été repêchés après le naufrage d'un bateau de clandestins au sud de la Sicile. Huit jours plus tôt, 350 personnes venant d'Érythrée et de Somalie s'étaient noyées aux abords de Lampedusa.

Dimanche, la marine italienne a porté secours aux 400 occupants d'un bateau en perdition à une centaine de kilomètres au sud de cette île italienne et la centaine de passagers d'une autre embarcation ont été recueillis par les sauveteurs maltais.

L'Italie et Malte, premiers concernés par la crise, réclament davantage de fonds à l'Union européenne et souhaitent que le sujet soit inscrit à l'ordre du jour du prochain Conseil européen, programmé les 24 et 25 octobre.

Cecilia Malstrom, commissaire européenne aux Affaires intérieures, s'est quant à elle prononcée cette semaine pour un renforcement des moyens de Frontex, l'agence chargée de la sécurité des frontières extérieures de l'UE, afin qu'elle puisse assurer les secours de l'Espagne jusqu'à Chypre.

La Méditerranée « devient un cimetière »

En plus des moyens de la garde-côtes et de la police des frontières, trois bâtiments de la marine italienne, quatre hélicoptères et deux avions de reconnaissance équipés d'appareils de vision nocturne sont pour le moment affectés à la surveillance du sud de la Méditerranée.

Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, a invité la communauté internationale à s'attaquer aux racines de cette crise.

Les centaines de décès survenus ces derniers jours ont donné lieu à vif débat en Italie sur les mesures de lutte contre l'immigration clandestine, qui interdisent toute assistance aux bateaux de migrants.

Enrico Letta, issu du Parti démocrate, s'est prononcé samedi pour l'abrogation de cette disposition, mais la droite avec laquelle il cohabite y reste attachée.

Reuters

PLUS:rc