NOUVELLES

John Kerry estime que la fenêtre diplomatique avec l'Iran s'ouvre de plus en plus

13/10/2013 04:45 EDT | Actualisé 13/12/2013 05:12 EST
AP
U.S. Secretary of State John Kerry speaks during a joint news conference with British Foreign Secretary William Hague and French Foreign Minister Laurent Fabius, unseen, following their meeting at the Quai d'Orsay in Paris, Monday, Sept. 16, 2013. The U.S. and its closest allies laid out a two-pronged approach in Syria on Monday, calling for enforceable U.N. benchmarks for eradicating the country's chemical weapons program and an international conference bolstering the moderate opposition. (AP Photo/Francois Mori)

Le secrétaire d'État américain John Kerry a estimé dimanche que la fenêtre diplomatique avec l'Iran était "de plus en plus ouverte", à deux jours de négociations internationales cruciales à Genève sur le dossier nucléaire iranien.

"A l'heure actuelle, la fenêtre diplomatique s'ouvre de plus en plus", a déclaré M. Kerry, en usant d'une métaphore en anglais, dans un discours donné à Londres et retransmis en vidéo conférence aux États-Unis devant le groupe de pression américain pro-israélien AIPAC (American Israel Public Affairs Committee).

"Mais je veux que vous sachiez que nos yeux sont également ouverts", a lancé le chef de la diplomatie américaine à l'adresse des quelque 1.600 délégués de cette puissante organisation juive américaine qui tient son sommet annuel.

"Alors que nous recherchons un règlement pacifique au programme nucléaire iranien, les mots doivent être suivis d'actes", a répété M. Kerry en allusion à la volonté d'ouverture diplomatique manifestée par l'Iran depuis un mois et le bon accueil des États-Unis.

"Quel que soit l'engagement avec l'Iran, nous sommes pleinement conscients des besoins de sécurité d'Israël", a affirmé le secrétaire d'État devant l'APAIC.

Auparavant, M. Kerry avait déjeuné à Londres avec le chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton qui va mener mardi et mercredi à Genève un nouveau cycle de négociations sur le nucléaire iranien entre Téhéran et le groupe dit "5+1" (États-Unis, Chine, Russie, France, Royaume-Uni et Allemagne).

INOLTRE SU HUFFPOST

Hassan Rohani remporte la présidentielle en Iran