NOUVELLES

Colts contre Chargers: les frères Pagano l'un contre l'autre ce lundi

13/10/2013 02:44 EDT | Actualisé 13/12/2013 05:12 EST

SAN DIEGO - Les frères John et Chuck Pagano se sont déjà affrontés comme entraîneurs, mais le match Indianapolis-San Diego, ce lundi soir, sera leur premier affrontement depuis que Chuck dirige les Colts et que John s'occupe de la défense des Chargers.

Chuck Pagano, qui a sept ans de plus que John, a fait ce qu'il a pu pour aider son frère cadet au fil des années.

«Autant que possible oui, comme tout frère le ferait, mais cette semaine est un peu différente», a dit Chuck.

Il n'y rien de personnel dans cette dernière affirmation: les Colts (4-1) sont premiers de section, grâce notamment à Andrew Luck et de bons demis offensifs, tandis que Philip Rivers et les Chargers (2-3) sont difficiles à évaluer: impressionnants dans un gain contre Dallas, mais décevants dans un revers à Oakland, depuis deux semaines.

Même en temps normal, les exigences de l'emploi et la différence d'heure entre la côte Ouest et le Midwest ne favorisent pas de fréquentes discussions entre les frères.

«Je pense que la seule fois où nous avons été dans le même fuseau horaire, c'était en 2005 et 2006, quand j'étais avec les Raiders, a dit Chuck. Maintenant s'il veut me parler il peut commencer à se faire tard le soir, alors ce n'est pas évident.»

John et ses clubs ont prévalu sept fois sur huit lors des confrontations fraternelles, au fil des ans.

«C'est toujours agréable de voir son frère avant un match, mais au bout du compte ce sont les Chargers contre les Colts, a dit John, un membre du personnel des Chargers depuis 2002. Une fois que le coup d'envoi est donné, ce qui m'importe est d'aider les Chargers à gagner. C'est ce qui est le plus important.»

Les frères Pagano ont grandi à Boulder au Colorado, jouant au secondaire pour leur père Sam, qui devrait d'ailleurs assister au match, lundi.

«Nous avons été très chanceux de grandir dans une famille de football, dit Chuck. Mais vous savez, quand nous avons décidé de commencer comme entraîneurs, il a voulu nous faire choisir autre chose. Il y a des bons jours mais aussi des mauvais jours. Ça demande énormément de sacrifices pour les familles. Ça exige vraiment beaucoup de temps.»

PLUS:pc