NOUVELLES

Une mission : gagner LE match

12/10/2013 12:19 EDT | Actualisé 12/12/2013 05:12 EST

L'Impact de Montréal n'est pas encore assuré de mettre les pieds dans les séries, mais le match de samedi face au Revolution de la Nouvelle-Angleterre a des effluves de « l'autre saison ».

Les hommes de Marco Schällibaum seront en mission et le message est clair : n'accorder aucun but à l'adversaire et gagner. 

« Si on ne prend pas de but, on a un point, si on marque un but, on gagne », a tout simplement dit l'entraîneur.

 « Il n'y a pas d'excuses. Il reste quatre matchs, a lancé Patrice Bernier après la pratique de vendredi. Nous sommes à domicile et si on gagne, on a un pied de plus dans les séries et on peut éliminer une équipe en même temps ».

Le Fire de Chicago, l'Union de Philadelphie et le Revolution sont à leurs trousses.

 « Il faut être propre et il faut être bon défensivement et limiter les chances de marquer », a ajouté Justin Mapp qui a été mis à l'amende par la MLS pour avoir simulé une chute le 4 octobre dernier face au Dynamo de Houston.

Les Montréalais ont franchi le désert à leurs quatre derniers matchs. Ils n'ont enregistré aucune victoire et mis un seul point au classement en banque grâce au match nul de 2-2 à Chicago. Le Revolution est d'ailleurs la dernière victime de l'Impact, en MLS. Le 8 septembre, les Montréalais avaient vaincu le Revolution 4-2, en Nouvelle-Angleterre.

La défaite de vendredi dernier à Houston a fait glisser les bleus au 4e échelon de l'Association de l'Est. Les Red Bulls de New York (53 points), le Sporting de Kansas City (52 points) et le Dynamo de Houston (48 points) devancent les Montréalais (46 points) qui ont toutefois joué deux matchs de moins que leurs adversaires.

Un passage à vide: les joueurs n'y songent déjà plus. La hache de guerre est déterrée.

« Il faut y aller avec la tête bien calme et montrer image de volonté, d'intensité et un peu guerrière, s'il le faut. Ce n'est plus la manière, c'est juste le résultat qu'il faut », a largué Bernier.

Sans Brovsky et Camara, mais avec Bernardello

C'est sans deux piliers en défense, Hassoun Camara, suspendu, et Jeb Brovsky, blessé, que le onze montréalais entrera sur la nouvelle pelouse du stade Saputo.

« Jeb et Hassoun sont des gros éléments dans l'équipe, ils vont nous manquer, mais des joueurs vont se lever, nous sommes confiants. À ce moment, peu importe qui est là, nous avons seulement besoin d'une victoire. »

Les hommes de Marco Schällibaum devraient voir le joueur désigné Hernan Bernardello revenir au jeu.

L'entraîneur-chef pourra compter sur les services de Mapp, Bernier et Marco Di Vaio qui étaient des cas incertains en début de semaine.

« Je suis content d'avoir plus de choix », a mentionné Schällibaum.

Le Suisse a d'ailleurs fait parler de lui et de son avenir avec l'équipe après l'entraînement.

« J'ai pris une décision, mais ce n'est pas encore officiel. Je ne veux pas trop en parler parce que demain, c'est important », a-t-il expliqué.

À noter :

  • Maxim Tissot pourrait faire partie du onze partant pour une deuxième fois cette saison. Il a marqué le but égalisateur à Chicago.

Avec la collaboration de Marie Malchelosse.

PLUS:rc