NOUVELLES

Grève des employés dans 22 parcs nationaux du Québec

12/10/2013 08:21 EDT | Actualisé 12/12/2013 05:12 EST

Le personnel des 22 parcs nationaux de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ), représenté par le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), a déclenché une grève générale samedi matin à 6 h.

Ces employés sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre dernier. Le syndicat estime que le recours à la grève est devenu l'ultime moyen d'action pour faire bouger l'employeur. Il affirme qu'il y a « absence de progrès » à la table de négociation.

Des manifestations seront tenues samedi près de plusieurs parcs touchés par la grève, qui a été votée à 88 %.

Les quelque 700 employés de la SEPAQ gagnent en moyenne 14 $ l'heure. L'employeur leur offre une hausse de 4 % en cinq ans. Le syndicat demande quant à lui une augmentation au moins équivalente à celle du coût de la vie, soit d'environ 2 % par année.

« Le gouvernement du Québec donne à ses sociétés d'État 2 % par année. On l'a donné à la Société des alcools du Québec (SAQ), à Hydro-Québec, à la construction dernièrement, on le veut pour la SEPAQ », a affirmé samedi Lucie Martineau, présidente du SFPQ, déplorant que l'employeur n'offre pas un salaire convenable par rapport au « coût de la vie ».

Les randonneurs pourront tout de même accéder au site des parcs nationaux samedi, mais aucun employé ne les accueillera.

La grève ne concerne pas pour le moment les 16 réserves fauniques dotées elles aussi d'un mandat de grève. Mais selon un porte-parole du SFPQ, Éric Lévesque, les activités de chasse sur les réserves pourraient éventuellement être touchées par la grève si l'employeur ne met pas de propositions plus intéressantes sur la table.

 

PLUS:rc