NOUVELLES

Une longue peine est réclamée contre un homme ayant enlevé un garçon de 3 ans

11/10/2013 04:38 EDT | Actualisé 11/12/2013 05:12 EST

CRANBROOK, C.-B. - Une juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique doit décider si un homme de 48 ans avec un quotient intellectuel de 65 et un contrôle des impulsions similaire à celui d'un garçon de huit ans devrait être déclaré délinquant dangereux ou à contrôler ou s'il ne devrait purger que deux ans de prison.

La Cour doit déterminer le sort de Randall Hopley, qui a admis avoir enlevé un bambin de trois ans, Kienan Hebert, en septembre 2011.

Les audiences sur la peine ont pris fin jeudi, à Cranbrook, et la juge Heather Holmes a ordonné à Hopley de revenir devant le tribunal le 29 novembre pour connaître le verdict.

Le procureur de la Couronne Lynal Doerksen a déclaré qu'en fonction du temps déjà purgé, une période allant de 7 à 9 ans derrière les barreaux serait appropriée, suivie d'une supervision de 10 ans semblable à une libération conditionnelle stricte. La Couronne a aussi réclamé un statut de délinquant dangereux.

Mais l'avocat de la défense William Thorne a argué que son client n'était pas un délinquant dangereux et devrait se voir imposer une peine de deux ans de prison, une fois le temps purgé pris en compte.

Me Doerksen a fait valoir que Randall Hopley avait un comportement particulier concernant les jeunes garçons qui avait commencé à l'époque de ses 15 ans et s'était poursuivi jusqu'en 2011, lorsqu'il avait enlevé le jeune Kienan Hebert de son domicile du sud-est de la Colombie-Britannique, avant de le ramener sain et sauf quelques jours plus tard.

Il n'y avait pas d'éléments de pornographie juvénile dans le chalet où Hopley a gardé Kienan, a reconnu le procureur, avant d'ajouter qu'un motif à caractère sexuel ne pouvait cependant pas être exclu.

«Pourquoi un homme enlève un enfant? Je crois que la Cour peut conclure que c'est pour agresser sexuellement l'enfant», a-t-il affirmé.

L'enlèvement de Kienan Hebert était la deuxième tentative de Randall Hopley pour kidnapper un enfant à son domicile et il s'agissait d'un acte prémédité, a continué Lynal Doerksen, faisant référence à la tentative d'enlèvement d'un garçon de 10 ans à Sparwood, en 2007.

Du côté de la défense, Me Thorne a soutenu que le kidnapping de Kienan Hebert et la tentative précédente ne pouvaient être associés à une série d'autres infractions à caractère sexuel commises par Hopley alors qu'il était adolescent.

Hopley n'a plus le type de comportement qu'il avait adolescent, a assuré son avocat.

PLUS:pc