Il n'est désormais plus possible de rester incognito sur Facebook: l'option qui permettait aux utilisateurs d'être introuvables dans la barre de recherche du réseau social a été définitivement supprimée le 10 octobre.

Dans un communiqué publié sur son blog, Facebook a annoncé la finalisation de cette procédure mise en place progressivement depuis un an.

Le paramètre de confidentialité "Qui peut trouver votre journal en cherchant votre nom ?" a progressivement disparu pour ceux qui n'utilisaient pas cette option. Pour les utilisateurs qui avaient opté pour cette option, celle-ci doit toujours être affichée dans vos paramètres.

qui peut trouver nom

Comme l'explique Cnet, les internautes qui l'ont conservée sur "Amis" jusqu'à présent et qui tentent de la modifier aujourd'hui en passant de "Amis" à "Tout le monde" la voient instantanément disparaître sans possibilité de faire marche arrière.

Ceux qui utilisent toujours cette option, et ne la modifient pas, seront avertis par un message leur rappelant que celui-ci va disparaître, précise Facebook.

facebook popup

Pour justifier la disparition de ce paramètre, Facebook explique qu'il s'agissait d'une option "limitée" car les profils des utilisateurs étaient toujours trouvables par d'autres moyens. Le réseau social conserve toutefois le paramètre qui permet d'empêcher l'affichage de votre profil après la saisie de votre adresse mail, ou de votre numéro de téléphone.

À VOIR AUSSI:

Loading Slideshow...
  • Donner ses codes de carte bleue

  • Publier ses dates de vacances

    "Je serai à la plage du 10 au 20 juillet", voilà le type de message qui peut-être utile aux cambrioleurs. Les plus connectés d'entre eux vérifient sur Facebook les dates et lieux des vacances de leurs cibles avant de faire leur marché. Vous retrouverez ce conseil sur le site des mairies, des spécialistes de la sécurité ou même de vos assurances.

  • Se géolocaliser là où on est pas censé être

    Une erreur de géolocalisation peut-être fatale... Si le réseau social de géolocalisation Foursquare ne publie pas automatiquement vos "check-in", Facebook peut être plus trompeur. Il suffit d'activer la géolocalisation automatique par défaut et de publier un statut pour que le lieu où vous vous trouvez s'affiche à côté de votre message.

  • Le DM Fail

    Sur Twitter, il n'est pas rare de voir un message, privé, rendu public par erreur. <a href="http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=12289" target="_hplink">La mésaventure est arrivée à Eric Besson</a> le 19 octobre 2011.

  • Le piratage Facebook

    Votre collègue quitte la pièce et vous ne résistez pas à publier un statut embarrassant sur son profil? Une blague récurrente... mais les sanctions commencent à tomber. Mardi 22 mai, un ancien élève de terminale en a fait les frais. Il a été condamné à payer une amende de 400 euros avec sursis par le tribunal d'Angers pour avoir piraté le compte Facebook de son professeur de philosophie. <a href="http://www.huffingtonpost.fr/2012/05/23/amende-piratage-facebook-proces-angers_n_1539001.html" target="_hplink">» Lire cet article. </a>

  • Photographier de grosses sommes d'argent

    Après la carte bleue, évitez les billets... En mai dernier, une adolescente australienne a photographié les économies en liquide de sa grand-mère à Sydney et publié la photo sur son profil Facebook. <a href="http://www.pcinpact.com/breve/71215-facebook-police-vol-argent-photo.htm" target="_hplink">Dans la soirée deux individus se sont présentés chez elle, armés, pour la voler.</a>

  • Critiquer sa direction

    La base. Surtout que les nombreuses affaires de ce type ont appris à être prudent. Le premier cas français (connu) remonte à <a href="http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/vires-pour-avoir-critique-leur-boite-sur-facebook_893614.html" target="_hplink">2008</a>. Trois salariés d'une entreprise de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) ont été licenciés pour avoir dénigré leur hiérarchie dans une conversation privée sur le réseau social Facebook. Un quatrième "ami" ayant accès à la conversation a fait une capture d'écran et l'a transférée à sa hiérarchie.

  • Mettre la justice entre les mains de ses amis

    Plus insolite, au Royaume-Uni, un juré a été renvoyé pour avoir révélé des informations sur un dossier sensible... sur son profil Facebook. N'arrivant pas à trancher sur cette affaire, il avait demandé à ses amis de choisir le verdict à sa place en créant un sondage.

  • Se vanter de son cambriolage

    Parler de son dernier "coup" sur les réseaux sociaux n'est pas ce qu'on appelle le crime parfait. Aux Etats-Unis, <a href="D'après la police, Isaiah Cutler, un adolescent de 17 ans et deux autres de 14 ans ont volé pour plus de 8 000 dollars, des cigarettes, des sucreries et des chèques. À peine une heure après, le seul adulte de la bande a publié sur sa page Facebook des photos des adolescents posant avec le butin." target="_hplink">un adolescent n'a pas pu s'empêcher de se photographier et de se filmer avec ses complices et son butin</a>... Ce type de publication n'a pas fait avancer son e-popularité, mais l'enquête de la police par contre... Plus ballot encore,<a href="http://www.01net.com/editorial/506271/un-cambrioleur-arrete-grace-a-facebook/" target="_hplink"> se connecter à son compte Facebook lorsque l'on est en train de commettre un cambriolage</a>.

  • Accepter sa famille en "ami"

    On vous épargne le risque des photos de soirée... La nouvelle plaie des utilisateurs des réseaux sociaux c'est certainement les proches envahissants. Si vous en doutez, regarder le scénario imaginé par Gonzague.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.