Pour les amateurs de musique, il existe Shazam. Pour les apprentis ornithologues, il y aura bientôt Birdify. La société française Biosong développe une application mobile pour reconnaître les chants d'oiseaux et vient de recevoir plus de 150 000 euros (210 000 $CAN) de la Région Aquitaine pour mener ce projet à terme.

Basée à Carignan-de-Bordeaux en Gironde, l'entreprise Biosong ne cache pas s'être inspirée du fonctionnement de la célèbre application de reconnaissance musicale Shazam pour son projet. A partir d'un simple enregistrement du chant d'oiseau depuis l'appli, Birdify devrait permettre d'identifier l'espèce parmi les 150 référencées en Europe.

L'équipe de Birdify travaille à l'élaboration de ce moteur de recherche depuis deux ans. "Il nous faut 10 à 12 chants pour identifier une espèce avec précision car il existe des chants de printemps, d'hiver ou encore amoureux", explique Anne-Laure Bedu de Biosong.

Une fois l'espèce identifiée, Birdify donnera accès à différentes ressources sur l'oiseau: photos, dessins, habitats, environnement, mythes, etc. L'appli se veut pédagogique mais souhaite aussi proposer une expérience de "science participative".

"Les enregistrements étant géolocalisés, les utilisateurs pourront contribuer au repérage territorial des espèces et des flux migratoires", a fait savoir la Région Aquitaine qui vient de soutenir ce projet à hauteur de 164.250 euros.

La région rejoint ainsi le Museum National d'Histoire Naturelle et la Ligue pour la Protection des Oiseaux qui accompagnent également le projet Birdify. Le prototype devrait voir le jour courant printemps 2014 et l'application sera disponible sous iOs et Android.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Egalement sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • Le tigre de Sumatra

    Le tigre de Sumatra est certainement le plus représentatif du danger d'extinction qui menace ces gros félins. Une population en déclin, un nombre d'individus très faible (moins de 700) : voilà un exemple concret de la fragilité des carnivores, qui sont les premiers témoins visibles de la dégradation des espace naturels.

  • Le Bonobo

    Il ne resterait qu'entre 10.000 et 20.000 individus. Les bonobos sont très menacés : leur nombre aurait diminué de moitié durant les 20 dernières années. Les braconniers les chassent illégalement pour les vendre comme viande de brousse, comme animaux de compagnie, ou pour leurs soi-disant vertus médicinales (on les utilise notamment dans la médecine traditionnelle). Ils sont aussi victimes des guerres.

  • Le gorille

    L'ADN des gorilles est de 98 % à 99 % identique à celui de l'homme. Ils sont les êtres vivants les plus proches de l'homme après le Bonobo et le Chimpanzé. Toutes les espèces de gorilles sont inscrites sont déclarées comme en danger d'extinction voire en danger critique d'extinction.

  • L'ours polaire

    On estime qu’il existe environ 22 000 individus restants. Ils représentent une des victimes les plus exposés du changement climatique. En effet, le réchauffement climatique contribue à faire disparaître son habitat, chaque année la banquise de l’Arctique (celle qui est censée être permanente), fond de plus en plus.

  • Le jaguar

    On ne sait pas précisément combien il reste de jaguars. Tout ce qu'on sait c'est qu'ils sont devenus rares. La plus grande menace qui pèse sur eux est la destruction de leur habitat. Les jaguars sont aussi chassés. Dans presque tous les pays où vivent les jaguars, ils sont protégés par la loi. Mais malheureusement, cela n'arrête pas toujours les chasseurs.

  • Zebre de grévy

    Moins de 800 zèbres de Grévy sont répertoriés dans le monde, autant dire qu'ils méritent le statut d'espèce en danger.

  • Le rhinocéros

    Toutes les espèces de rhinocéros sont considérées comme menacées de disparition. Les braconniers en Afrique centrale les chassent pour leurs cornes. Ils font donc l'objet d'un programme ou de projets de réintroduction

  • La tortue marine

    Les braconniers pillent les nids et volent les oeufs des tortues.Si certains nids y survivent, ce n'est pas fini.Les petits qui sortent des oeufs peuvent êtres capturés et mangés par un crabe en cours de route. La pollution des mers joue en leur défaveur, certaines prennent des sacs plastiques pour des méduses, les mangent, puis meurent d'occlusion intestinale.

  • Le requin blanc

    Tous les requins sont menacés. Si le suivi de la population réelle est très difficile à évaluer, les scientifiques s'accordent pour considérer que leur nombre est en chute rapide. Sa pêche est désormais interdite dans de nombreux pays, notamment en Australie ou en Afrique du Sud.

  • Le panda géant

    Environ 1.600 pandas vivent encore en pleine nature. Leur habitat se réduit sans cesse, car de plus en plus d'hommes abattent les forêts pour avoir du bois et pour y faire de l'agriculture, et il reste donc de moins en moins de bambous. De plus, les pandas géants sont parfois tués pour leur magnifique pelage ou bien meurent dans des pièges placés pour attraper d'autres animaux.