DIVERTISSEMENT

«Véro Inc.», à Canal Vie : Véronique Cloutier sous toutes ses coutures

10/10/2013 01:02 EDT | Actualisé 10/10/2013 01:09 EDT
Courtoisie Canal D

Depuis des années, les émissions de Véronique Cloutier dominent les cotes d’écoute à la radio et à la télévision. L’édition spéciale du magazine Elle Québec consacrée à son mariage, à l’été 2012, s’est vendue cinq fois plus que la normale. Suivie par 171 581 abonnés sur Twitter, «amie» de 4948 personnes sur Facebook, Véro n’a qu’à écrire sur les réseaux sociaux qu’elle a fait appel à un traiteur et qu’elle a été satisfaite du service pour que ladite entreprise se retrouve inondée de demandes et voie automatiquement son chiffre d’affaires augmenter.

Amoureux de l’animatrice la plus en vue du Québec depuis 12 ans, Louis Morissette, le producteur, a observé attentivement le «phénomène» qu’est devenue sa dulcinée au fil du temps. Il a vu son nom se transformer en une marque qui génère ventes et popularité. Et il s’est dit, probablement à juste titre, qu’il serait intéressant d’exposer au public la manière dont Véronique concilie ses multiples engagements et arrive, justement, à faire vivre cette marque, tout en ne négligeant pas les autres aspects de son quotidien. Le résultat de ses réflexions, Véro Inc., un docu-feuilleton découpé en trois épisodes d’une heure, pourra être apprécié à Canal Vie dès le 16 octobre prochain. On devine que les téléspectateurs seront nombreux au rendez-vous.

Pendant un an, les caméras de la boîte KOTV ont donc suivi Véronique Cloutier dans ses différentes activités personnelles et professionnelles. Louis Morissette a toutefois bien averti les journalistes au visionnement de presse, mercredi: Véro Inc. n’a rien d’une téléréalité traditionnelle. «Ce n’est pas Dubois en réalité, a-t-il précisé. On ne nous verra pas cuisiner des croissants.»

Être un produit

N’empêche, l’émission ratisse très large. Y défilent notamment des vidéos d’une Véro adolescente qui esquisse des pas de danse dans son sous-sol. On suit attentivement une (trop longue) réunion de production de son magazine, dont la première édition est en kiosque depuis peu. On la regarde recevoir les ordres de Louis sur le plateau du Bye Bye 2012. On apprend comment elle gère le «monstre» que sont les réseaux sociaux, où elle écrit tout elle-même, et où elle reçoit chaque jour des compliments, mais aussi des insultes du genre : «T’as l’air d’une vieille matante! Tes cheveux son ben trop jaunes!» On repasse même des extraits de la conférence de presse d’excuses suivant le Bye Bye 2008, et on s’attarde aussi assez longuement sur la façon dont elle a contrôlé le tollé médiatique qui a suivi l’arrestation de son père, en 2004.

Des témoignages de ses proches, dont ses amis Antoine Bertrand, Josée Boudreault et Élyse Marquis, son adjointe, Geneviève Gélineau, et Louis Morissette, viennent ponctuer cette biographie en temps réel. Très flatteurs, ces mots vantent l’authenticité, l’instinct «de feu», l’énergie de la tête d’affiche. «Je le vois que je suis un produit, maintenant, affirmera la principale intéressée, d’un ton à la fois candide et assumé. Mais je ne veux pas me perdre dans ce produit.»

Dans son intimité

Évidemment, les segments les plus intéressants de Véro Inc. sont ceux glanés dans l’intimité de la vedette, à son domicile familial, avec ses trois enfants, Delphine, 11 ans, Justin, 9 ans, et Raphaëlle, 4 ans. Vous adorerez assister à ces moments attendrissants, dans lesquels la maman attentionnée brosse soigneusement les cheveux de ses filles le matin, accompagne, le cœur gros, sa cadette à l’arrêt d’autobus, et surveille sa progéniture, bien installée sur son quai, à son chalet. À quelques heures du dernier Gala Artis, dans l’après-midi, entre deux retouches de coiffure et de maquillage, Véro s’affairait à éponger des dégâts dans la cuisine et à piger dans sa «boîte à bonbons» pour offrir une sucrerie à la petite «Raphie».

On découvre aussi le papa taquin qu’est Louis Morissette; à son garçon affublé d’un masque d’un gardien de but, alors qu’ils jouent au hockey dans la cour, il lancera un comique «Fais pas honte à mon oncle José (Théodore)!» Ne manquant pas de répartie, fiston, qui est la copie conforme de son père, renchérira avec véhémence lorsque ce dernier sera trop compétitif : «Papa, tu me fais honte! On caméra, en plus!»

On connaît bien les «Clourissette», comme le couple s’est déjà surnommé lui-même, pour leur autodérision et leurs affectueuses taquineries. Cette incursion dans leur jardin secret prouve que cette complicité n’est pas feinte. Il faut entendre Louis taquiner sa conjointe sur son obsession du cellulaire et sur ses séances beauté pour constater à quel point tous deux ne se prennent pas au sérieux.

La première heure de Véro Inc. se conclut sur un délicieux tête-à-tête de Véro et Louis dans un casse-croûte vide, quelques heures après la fin du Gala Artis, d’où l’étoile blonde est repartie bredouille, évincée par Guylaine Tremblay dans la catégorie de la Personnalité féminine de l’année. En robe de soirée, réconfortée par les 135 messages d’encouragement de ses fans reçus en 30 minutes, l’idole achève de se gâter avec un «hot-dog steamé moutarde relish». Une sympathique tranche de vie qui en fera sourire plusieurs.

Les deux autres épisodes de Véro Inc., dont le montage n’est pas encore terminé, s’infiltreront, entre autres, dans les coulisses des Enfants de la télé et du Véro show, à Rythme FM et dans les rencontres d’élaboration de sa collection de vêtements à la boutique l’Aubainerie. Véro ira aussi rencontrer la jeune Amélie Gougeon, l’une de ses plus grandes admiratrices, clouée à son lit en raison d’une myopathie musculaire.

L’affaire Guy Cloutier

Bien sûr, ceux qui ne vouent pas une affection particulière à Véronique Cloutier trouveront les trois tranches de Véro Inc. très longues, et ses détracteurs jugeront aussi probablement qu’on glorifie un peu trop la communicatrice. À travers toutes les opinions de sa garde rapprochée ne se faufile pratiquement aucun commentaire négatif; Louis Morissette a assuré qu’il avait bien tenté de dénicher des gens prêts à relever les défauts de sa douce à l’écran, mais que personne n’avait rien à redire à son sujet. Il tenait toutefois à ne pas en faire une sainte en dépeignant quelques-uns de ses défauts mignons, comme ses constants retards. Et il était incontournable pour le tandem de revenir sur l’affaire Guy Cloutier. «Ça fait partie de mon parcours, a précisé Véronique Cloutier. Il s’est passé quelque chose à ce moment-là. Je ne voudrais pas le revivre mais, 10 ans plus tard, je reconnais que c’a changé quelque chose dans ma carrière. Et, si on n’en avait pas parlé, on nous l’aurait reproché.»

Véro Inc. sera présenté les mercredis 16, 23 et 30 octobre, à 19h, à Canal Vie, en rappel le vendredi à 21h et le samedi à 13h et 22h.

À VOIR AUSSI:

La rentrée culturelle (Automne 2013)

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.