NOUVELLES
08/10/2013 01:54 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

Une signature génomique propre aux Canadiens français

La signature génomique des Canadiens français a connu une évolution sans précédent dans l'histoire humaine, sur une période remarquablement courte, rapportent des chercheurs du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et de l'Université de Montréal.

Cette nouvelle connaissance a été rendue possible à la suite de la première étude de séquençage complet de l'exode de la population canadienne-française.

Selon les auteurs de ces travaux publiés dans la revue PLoS Genetics, cette signature distincte pourrait éventuellement servir de modèle pour étudier l'effet des processus démographiques sur la diversité génétique humaine, y compris l'identification de mutations potentiellement dommageables associées à des maladies propres à des populations.

À ce jour, les variations de la proportion des mutations rares, qu'elles soient néfastes ou adaptatives, avaient été démontrées uniquement sur des périodes relativement longues, en comparant des populations africaines et européennes.

Ces travaux laissent à penser que l'augmentation de variants génétiques rares serait imputable à :

  • un taux de natalité élevé des colons
  • leur isolement génétique par rapport à la France
  • une limitation des échanges avec des communautés autres que françaises sur le même territoire
  • une émigration ayant pratiquement cessé après 1759 au moment de la Conquête britannique.

La contribution du peuple fondateur au patrimoine génétique canadien-français actuel serait donc d'environ 90 %, précisent les auteurs.

Cette recherche pourrait également être utile en génétique de la conservation pour déterminer l'impact de la diversité génétique sur le nombre minimal d'individus nécessaires à la survie d'espèces données ou de populations captives.

PLUS:rc