Philippe Couillard demande au gouvernement de déposer dès maintenant un budget

Publication: Mis à jour:
PHILIPPE COUILLARD
CP

QUÉBEC - Libéraux et caquistes ont uni leurs voix mardi pour exiger du ministre des Finances, Nicolas Marceau, le dépôt d'un budget dès cet automne.

Sans budget et sans cadre financier pour inclure à la fois les dépenses et les revenus anticipés, la politique économique annoncée lundi par la première ministre Pauline Marois ne peut être prise au sérieux, a fait valoir le chef libéral Philippe Couillard, en point de presse.

«Après l’échec d’un an de gouverne du Parti québécois, la perte de confiance des milieux économiques, on demande non seulement que ce portrait soit publié, nous demandons que le gouvernement dépose un budget», a déclaré le leader du PLQ, aux côtés de son «équipe économique»: Sam Hamad, Pierre Paradis et Nicole Ménard.

«Sans budget, ce plan n’a aucune crédibilité. Et on soupçonne que les ministres vont se disperser dans le Québec pour faire des annonces, chacun dans leur secteur, qui viennent de ce plan-là. Sans budget, sans cadre financier qui inclut les revenus, ces annonces n’auront aucune crédibilité», a-t-il ajouté.

S'il compte plonger le Québec en élection à l'automne, le gouvernement de Pauline Marois n'a d'autre choix que de donner l'heure juste à la population avec le présentation d'un budget, a insisté M. Couillard. Ce sera la seule façon, selon lui, de remettre les pendules à l'heure sur l'état des finances publiques, aux prises avec un manque à gagner évalué à 2 milliards $.

Normalement, le prochain budget devrait être présenté en mars. Précédemment, le ministre Marceau devrait déposer une mise à jour économique, pour faire le point sur l'état des finances publiques.

Interpellé à sa sortie du caucus péquiste, M. Marceau s'est contenté de dire qu'il allait déposer incessamment les comptes publics annuels et qu'il rendra publique par la suite sa mise à jour économique, comme prévu, «dans les semaines qui viennent», au début novembre. Il n'a pas voulu parler du prochain budget.

M. Couillard estime que la stratégie économique péquiste comporte un tel florilège d'interventions aux visées diverses qu'il est difficile de ne pas y voir «une mise en scène» racoleuse, préparée à la va-vite, dans l'espoir d'ouvrir une fenêtre électorale à l'automne.

«Je mets ça également dans le contexte d’une succession que je trouve franchement assez cynique de gestes électoralistes, une sorte de plan panique électoral. On a essayé la charte; la fenêtre ne semble pas s'être ouverte. On a essayé les commissions scolaires; là non plus, ça n’a pas suivi. Et là on essaie l’économie, encore une fois bien tardivement», a-t-il évalué.

Au fond, le plan économique du gouvernement «fait penser un peu au pyromane qui décide de devenir pompier», a illustré le chef libéral, reprochant au Parti québécois d'avoir conduit le Québec aux portes de la récession, un cas unique en Amérique du Nord.

Plusieurs parmi les dizaines de mesures inscrites dans la stratégie sont «tardives et contradictoires», a insisté M. Couillard, citant en exemple le Plan Nord, qui retrouve ses lettres de noblesse dans le plan gouvernemental après avoir été «ridiculisé» et «démoli» par les péquistes. Le chef libéral a salué le crédit de rénovation verte et le soutien à l’exportation des entreprises, des mesures que le PLQ avait proposées, a-t-il pris soin de préciser.

«Ce qui manque, c'est une vision beaucoup plus globale de l’environnement pour nos entrepreneurs et nos entreprises, et ça, ça passe notamment par la fiscalité, la fiscalité des individus, mais également des entreprises. C'est la raison pour laquelle nous parlions d’allégement fiscal pour les entreprises, notamment les entreprises manufacturières. On ne retrouve pas cette mesure ou ce type de mesure dans le document du gouvernement», a-t-il déploré.

Sur le plan de la lutte au déficit, le Parti libéral du Québec (PLQ) et la Coalition avenir Québec (CAQ) divergent d'opinion. M. Couillard juge nécessaire de voir le portrait des finances publiques avant de s'engager plus avant, alors que son vis-à-vis caquiste, François Legault, croit que l'équilibre budgétaire doit être réalisé coûte que coûte conformément au calendrier prévu, soit en 2014.

«Nous, on pense que c'est très important, compte tenu de la dette du Québec de 250 milliards $, qu'on atteigne dès cette année l’équilibre budgétaire, a lancé M. Legault. M. Marceau nous dit que c'est possible, ça semble flou un petit peu, mais il nous dit que c'est possible. S'il n’a pas encore pris les mesures, qu’il prenne les mesures, mais on ne peut pas se permettre de continuer à utiliser la carte de crédit de nos enfants. Ça va faire!»

Pour M. Legault, la classe moyenne et les familles seront les grandes victimes du plan économique du gouvernement Marois. La première ministre a choisi d'offrir la marge de manoeuvre financière de l'État aux entreprises plutôt que de soulager les contribuables, a-t-il dénoncé.

«Les familles du Québec ne pourront pas compter sur cette marge de manoeuvre pour réduire le fardeau fiscal. Mme Marois vient tout utiliser la marge de manoeuvre du gouvernement du Québec pour les entreprises, et donc il n’y aura pas d’argent pour un coup de pouce aux familles puis à la classe moyenne. On pense que c’est un mauvais choix», a commenté le leader de la CAQ, entouré de ses députés Stéphane Le Bouyonnec, François Bonnardel et Christian Dubé.

M. Legault a également critiqué l'immense bureaucratie que nécessitera la mise en oeuvre de la stratégie gouvernementale.

«Je n’ai jamais vu, depuis que je suis en politique, un ramassis de mesures qui vont dans tous les sens comme ça. J'ai calculé plus de 70 mesures, on parle même d’aide pour les campings. On se retrouve dans une situation où on ajoute 70 mesures aux 802 programmes du gouvernement du Québec», a-t-il fait remarquer.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le meilleur et le pire du gouvernement Marois
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction