NOUVELLES
08/10/2013 11:02 EDT | Actualisé 08/12/2013 05:12 EST

Le Parlement européen renforce modérément la législation antitabac

Le Parlement européen a adopté mardi une série de mesures contre le tabac, mais refusé que la cigarette électronique ne soit vendue qu'en pharmacie.

La « vapoteuse », ont estimé une majorité de députés européens, doit rester un produit de consommation courante et non devenir un produit pharmaceutique.

La cigarette électronique, qui reproduit la forme des cigarettes classiques, utilise des solutions qui peuvent contenir de la nicotine. De plus en plus prisée par les fumeurs tentés par le sevrage tabagique, ses effets sur la santé ne sont pas vraiment connus.

Pour certains spécialistes du secteur, son succès est tel - on recense 500 000 utilisateurs en France - que ses ventes pourraient dépasser celles des cigarettes classiques d'ici 2023.

Les députés européens ont dans le même temps adopté un ensemble de mesures contre le tabac, moins coercitives cependant que les propositions de la Commission européenne.

Sur la présence de messages à caractère sanitaire et dissuasif sur les paquets de cigarettes et de produits issus du tabac, que la Commission souhaitait porter à 75 % de la surface totale, les députés européens ont opté pour une surface de 65 %.

De même, ils ont rejeté une interdiction à la vente des cigarettes slim, ou fines.

Les eurodéputés ont accepté en revanche d'interdire dans un délai de huit ans la vente des cigarettes mentholées.

Des négociations vont s'engager avec la Commission et les États membres pour qu'une directive sur le tabac puisse entrer en vigueur d'ici mai prochain.

« C'est un jour de honte pour le Parlement européen. La majorité de droite a suivi les directives de l'industrie du tabac et voté pour des règles plus laxistes », a déploré le Suédois Carl Schlyter, élu écologiste au Parlement européen.

Ainsi mis en cause, le Parti populaire européen (PPE, droite), principal groupe représenté au Parlement européen, a estimé que l'Union européenne, même avec les modifications apportées par les députés, restait en pointe dans la lutte contre la tabagie.

« J'aurais préféré des mesures plus strictes, mais je salue le fait que nous avons réussi à éviter des mesures inappropriées comme l'appel à des paquets neutres », a réagi Karl-Heinz Florenz, qui représentait le PPE lors des discussions parlementaires.

« La nouvelle directive sur les produits du tabac sera finalisée l'an prochain en dépit d'un intense et solide travail de lobbying mené par l'industrie du tabac qui visait à reporter toute décision », a-t-il ajouté.

D'après des documents internes de Philip Morris qui ont été publiés dans la presse, les lobbyistes de la cigarette ont eu plus de 250 réunions avec des eurodéputés avant le débat parlementaire.


Reuters

PLUS:rc