NOUVELLES
08/10/2013 01:23 EDT | Actualisé 08/12/2013 05:12 EST

De nouveaux enquêteurs chimiques sont dépêchés en Syrie

BEYROUTH - L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a annoncé mardi l'envoi de nouveaux inspecteurs en Syrie pour encadrer le démantèlement de l'arsenal chimique du régime de Bachar el-Assad.

Le directeur de l'OIAC, Ahmet Uzumcu, a fait cette annonce lors de l'ouverture d'une rencontre de quatre jours, à La Haye.

Il a qualifié la coopération syrienne reçue la semaine dernière de «début constructif», avant de prévenir que le processus sera malgré tout long et difficile.

Les premiers experts dépêchés en Syrie par l'organisation sont déjà rentrés au siège social de l'OIAC pour rendre compte de leurs rencontres avec des membres du régime Assad.

M. Uzumcu a ajouté qu'il signera bientôt une entente avec l'ONU pour offrir un appui logistique et garantir la sécurité des inspecteurs en Syrie.

Par ailleurs, des avions de l'armée syrienne ont bombardé mardi des positions rebelles près d'une ville stratégique dans le nord du pays.

Les rebelles ont capturé Maaret al-Numan il y a un an. Cette ville se situe le long d'une autoroute importante qui relie la capitale, Damas, à la région disputée d'Idlib et à la plus grande ville de Syrie, Alep.

L'Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, rapporte que des avions de chasse ont frappé des positions rebelles à deux reprises près de la ville, après quoi des combats intenses ont éclaté sur une base militaire voisine. Les violences ont fait un nombre inconnu de victimes.

Des images filmées par l'Associated Press montrent un groupe de 45 jeunes rebelles attaquant la base militaire par surprise. Certains sont équipés de canons et de mortiers artisanaux, pendant que d'autres attaquent des hélicoptères de combat à l'aide d'armes anti-aériennes.

L'armée a répondu avec des frappes aériennes et d'artillerie.

PLUS:pc