NOUVELLES

Le maire de Saint-Donat évoque la possibilité d'un incendie criminel

07/10/2013 07:24 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST
SRC

Le maire de Saint-Donat se fait plus prudent sur les origines de l'incendie qui a ravagé le centre-ville de la municipalité de Lanaudière, après avoir avancé que des indices laissaient croire à un acte criminel. Richard Bénard soutient qu'il est trop tôt pour identifier la cause de l'incendie et qu'il faut laisser les enquêteurs de la Sûreté du Québec (SQ) faire leur travail.

La priorité de la municipalité est de sécuriser les lieux et d'aider les sinistrés à se remettre de l'événement, a déclaré M. Bénard en conférence de presse, lundi matin. Une douzaine de personnes habitant les huit logements détruits par les flammes ont été relogées chez des parents ou des amis. La municipalité entend les aider à se trouver de nouveaux logements à plus long terme.

Bien qu'il soit trop tôt pour procéder à un bilan précis, M. Bénard estime que les dégâts s'élèveront à plusieurs millions de dollars. Le maire entend s'assurer qu'il y ait un projet qui voie le jour pour revitaliser l'endroit touché par l'incendie.

Les autorités n'ont rapporté aucun blessé dans cet incendie qui a ravagé des commerces de la rue Principale.

Le maire Bénard avait plus tôt déclaré qu'il pensait que l'incendie pourrait être d'origine criminelle. « Il y a des résidents qui nous ont donné des indices au moment du déclenchement de l'incendie », avait-il révélé tôt lundi matin. Il précisait toutefois que la SQ procéderait à des analyses pour déterminer la cause du brasier. « Présentement, tout laisse présager que ce serait un incendie criminel », avait-il pourtant insisté.

Le brasier a pris naissance en milieu d'après-midi, dimanche, pendant que certains commerces étaient toujours ouverts. La proximité de réservoirs de gaz propane a forcé l'évacuation d'immeubles avoisinants, dont certaines résidences.

Un porte-parole de la SQ a indiqué que le feu pourrait avoir éclaté à l'arrière d'un complexe commercial, situé au 450, rue Principale.

Des informations indiquent qu'un immeuble inoccupé situé à côté du lieu de l'incendie était squatté par plusieurs personnes. Les dirigeants de la municipalité conviennent avoir déjà eu des problèmes avec des jeunes dans les environs, il y a plus d'un an, mais affirment que ce n'était plus le cas. « Nous avons dû barricader le bâtiment pour le sécuriser », a déclaré la directrice générale par intérim de la municipalité, Sophie Charpentier. Le maire Bénard a précisé que la municipalité avait dû intervenir auprès des jeunes pour leur signifier qu'ils n'avaient pas accès au bâtiment.

Un des bâtiments incendiés est l'ancien supermarché de l'endroit. Le bâtiment désaffecté avait été racheté par la municipalité, qui souhaitait lui donner un second souffle avec une nouvelle vocation, a expliqué le maire Bénard. « Un petit restaurant - Le Cuistot - a également été incendié », poursuit-il. L'incendie a détruit, outre l'ancien marché Provigo et le restaurant, des logements, un commerce de détail - Variétés Saint-Donat - et la Place Monette, un complexe abritant des boutiques et des services professionnels.

Les pompiers de Saint-Donat ont fait appel à des collègues de cinq autres municipalités pour combattre les flammes. L'incendie a été maîtrisé dimanche soir, mais des sapeurs arrosaient toujours le site lundi matin.

Le centre-ville de la municipalité avait également été frappé par un incendie similaire en janvier 2000.