NOUVELLES

Le président des Maldives écrit à Stephen Harper pour se plaindre de John Baird

07/10/2013 05:19 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

OTTAWA - Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, n'est pas dans les bonnes grâces du gouvernement des Maldives, si l'on en croit les propos tenus par son président, Mohamed Waheed.

M. Waheed a écrit au premier ministre, Stephen Harper, pour se plaindre de la conduite de son ministre lors d'une récente réunion du Commonwealth à New York.

Selon le président Waheed, M. Baird a fait des «remarques inappropriées et désobligeantes» à son homologue maldivienne, en plus de lui avoir posé «plusieurs questions très dures». Ces propos auraient touché la «politique intérieure des Maldives», mais la nature exacte des commentaires du ministre est inconnue.

Le cabinet du ministre Baird a indiqué lundi avoir soulevé des questions à propos du premier tour de l'élection présidentielle, qui s'était déroulé le 7 septembre. La Cour suprême des Maldives en a par ailleurs annulé les résultats, lundi, tranchant en faveur d'un candidat défait ayant dénoncé des irrégularités dans le scrutin. Le tribunal a ordonné la tenue d'un nouveau scrutin d'ici le 3 novembre.

Dans une déclaration publiée lundi sur le site web du président des Maldives, le gouvernement affirme que la conduite de M. Baird a «assombri inutilement une relation qui était jusqu'ici excellente» entre le Canada et le petit État insulaire de l'océan Indien.

Le président Waheed affirme que le ministre Baird a tenu ces propos le mois dernier pendant une rencontre des ministres des Affaires étrangères du Commonwealth, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, à New York.

Un représentant de l'ambassade des Maldives à l'ONU a déclaré sous couvert d'anonymat que les commentaires de M. Baird démontraient un «biais personnel».

«Le président s'est montré inquiet de l'expression et de l'admission d'un biais personnel de la part de l'honorable ministre, nuisant à nos relations bilatérales et en opposition à la haute estime que nous avons pour le gouvernement et le peuple canadiens», a-t-il soutenu.

Le porte-parole de M. Baird, Rick Roth, a affirmé que le ministre avait fait part de ses inquiétudes face au délai de la tenue d'un nouveau scrutin et aux allégations de violence et d'intimidation d'électeurs.

«Il a aussi relevé l'ironie de voir cette ministre des Affaires étrangères représenter le pays (à la rencontre du Groupe d'action ministériel du Commonwealth) alors que son président n'a obtenu que 5 pour cent des suffrages au premier tour de scrutin», indiqué M. Roth dans un courriel.

«Peut-être le président Waheed s'en est-il offensé.»

M. Roth a aussi écrit que le ministre Baird avait relevé, devant les membres du groupe d'action, que le second tour du scrutin avait été «suspendu» en raison de circonstances mystérieuses, appelant les autorités maldiviennes à procéder à un nouveau scrutin sans plus attendre.

Le premier ministre Harper se trouve actuellement en Indonésie dans le cadre du sommet des pays de l'Organisation de coopération économique Asie-Pacifique (APEC).

Il a fait savoir lundi qu'il ne participerait pas à la réunion des chefs d'État et de gouvernement des pays du Commonwealth le mois prochain au Sri Lanka en raison de la dégradation des droits de la personne dans le pays. M. Harper a aussi menacé de couper les vivres au Commonwealth, le Canada versant chaque année quelque 20 millions $ à différents programmes de l'organisation.

PLUS:pc