NOUVELLES

Le conflit de travail chez des concessionnaires automobiles devant les tribunaux

07/10/2013 11:47 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

Des concessionnaires automobiles en conflit de travail demandent à la Cour supérieure d'interdire les roulottes en bordure des rues et de restreindre les feux et le bruit sur les sites de piquetage.

Les concessionnaires automobiles de la région tracent un portrait négatif du comportement des employés sur les sites de piquetage.

Leur avocat, Maxime Blais, affirme que des travailleurs en conflit de travail ont blessé des employés au travail dans les garages avec du bruit trop fort et des miroirs qui reflètent les rayons du soleil.

Il les accuse également de crever des pneus de véhicules.

Me Blais soutient aussi que les feux à ciel ouvert et les roulottes de chantier sont dangereux pour les tous les travailleurs et les automobiles.

Les concessionnaires demandent à la Cour supérieure de resserrer l'injonction déjà rendue pour interdire les roulottes et permettre aux policiers d'intervenir plus facilement en cas de comportement dangereux des syndiqués.

De son côté, la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), qui représente les 450 employés en lock-out depuis sept mois, le président du syndicat, Georges Bouchard indique qu'il luttera jusqu'au bout pour conserver les roulottes en place.

« Les gros froids vont s'en venir, affirme M. Bouchard. On ne laisse pas des animaux dehors, on leur fait des cabanes, on a des étables chauffées et nous, on va laisser des gens dehors sur une ligne de piquetage à geler sur le bord des autoroutes? Non, on va se défendre comme il le faut là-dessus. »

Vingt-cinq concessionnaires automobiles du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont décrété un lock-out au début de mars 2013.

PLUS:rc