NOUVELLES

La Légion royale canadienne demande un accès universel des soins de santé

07/10/2013 03:21 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

OTTAWA - Des groupes d'anciens combattants accusent le gouvernement fédéral de ne pas respecter les promesses faites par d'anciens gouvernements sur les soins à dispenser aux soldats blessés.

La Légion royale canadienne qualifie l'attitude actuelle du gouvernement conservateur de «répréhensible».

Ottawa a déjà fait savoir qu'il en appellerait de la décision d'un tribunal donnant le feu vert à un recours collectif intenté par d'anciens soldats de la guerre en Afghanistan.

Le gouvernement fédéral soutient qu'il est injuste, pour les gouvernements actuels et futurs, d'être ainsi liés à des engagements pris au lendemain de la Première Guerre mondiale.

Peu de temps avant la bataille de la crête de Vimy, en avril 1917, le premier ministre canadien d'alors, Robert Borden, avait déclaré que le «premier devoir» d'un gouvernement était de reconnaître les sacrifices des soldats et d'assurer les soins nécessaires aux blessés.

La déclaration de M. Borden a influencé la politique gouvernementale à cet égard pendant des années mais n'a jamais été officiellement incluse dans la Constitution canadienne, un fait dont les avocats d'Ottawa se sont servis dans cette affaire.

Le président de la Légion royale canadienne, Gordon Moore, reproche au gouvernement de Stephen Harper de tenter de se débarrasser d'engagements moraux pris il y a des décennies envers les soldats qui ont défendu le pays. Selon lui, un tel comportement pourrait nuire aux conflits à venir.

M. Moore a soutenu que les soins fournis varient grandement selon que la victime fait partie des forces armées régulières ou des réservistes, et c'est pourquoi son organisation milite en faveur d'un accès universel aux soins de santé pour les militaires blessés.

Un regroupement d'anciens soldats de la guerre en Afghanistan a intenté un recours collectif contre la nouvelle Charte des anciens combattants, qu'ils qualifient de discriminatoire. Cette loi, adoptée en 2006, prévoit le versement de montants forfaitaires pour les soldats blessés et supprime le système de prestations à vie qui était jusque-là en vigueur.

Un porte-parole du ministre des Anciens Combattants Julian Fantino, Joshua Zanin, a déclaré que le gouvernement était déterminé à soumettre la charte à l'évaluation d'un comité parlementaire au cours de l'automne.

«Le Parlement est l'endroit tout indiqué pour discuter de la façon dont le gouvernement sert les anciens combattants canadiens et cet examen permettra d'entendre tous les points de vue, incluant ceux des vétérans, du personnel en service, des familles et d'autres acteurs et experts», a-t-il soutenu.

PLUS:pc