NOUVELLES

Jeux panaméricains de Toronto 2015: Kathleen Wynne défend les primes de 7 M$

07/10/2013 06:57 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

TORONTO - La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a défendu lundi les primes de 7 millions $ accordées aux 64 administrateurs des Jeux panaméricains 2015 à Toronto, soutenant que ces sommes étaient nécessaires pour éviter de perdre une expertise clé avant l'événement.

Mme Wynne a fait valoir que Toronto était en concurrence avec d'autres juridictions dans les Amériques pour la tenue d'événements sportifs multidisciplinaires. La structure mis en place était nécessaire pour rivaliser avec les autres instances et tenir les Jeux à Toronto, a-t-elle soutenu.

La première ministre a dit croire qu'il faut se féliciter d'avoir réussi à obtenir les Jeux panaméricains.

Le budget important de 1,4 milliard $ pour les Jeux n'inclut pas les 700 millions $ nécessaires à la construction du village des athlètes ou les 10 millions $ du secrétariat provincial qui supervise les Jeux de Toronto 2015.

Le chef de la direction du comité Pan Am, Ian Troop, a obtenu un salaire de base de 390 000 $ l'an dernier, en plus de bonis de 87 000 $. Il est admissible à une autre prime de 780 000 $ en fonction du respect du budget et de l'échéancier.

Les cadres, gagnant entre 190 000 $ et 250 000 $, seront admissibles à des bonis allant jusqu'à 100 pour cent de leur salaire annuel à la fin des Jeux — une moitié pour avoir conservé leurs fonctions et l'autre conditionnelle au rendement.

L'opposition conservatrice a dit juger ridicule que les administrateurs de Toronto 2015 soient en voie d'obtenir de généreux bonis pour avoir en fait joué les «somnambules».

La première ministre Kathleen Wynne s'en était elle-même prise à certains de ces gestionnaires la semaine dernière pour avoir facturé aux contribuables des dépenses «ridicules», telles qu'un billet de stationnement de 91 cents et une tasse de thé de 1,89 $. Les libéraux ont depuis ordonné à l'équipe de Toronto 2015 de resserrer les règles sur les dépenses.

Mais ils ont tout de même défendus les primes, lundi, affirmant qu'il en était de même pour d'autres organisations d'événements multidisciplinaires tels que les Jeux olympiques et les Jeux du Commonwealth.

PLUS:pc