NOUVELLES

Idle No More se fait réentendre pour les 250 ans de la Proclamation royale

07/10/2013 07:54 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

OTTAWA - Des groupes affiliés au mouvement Idle No More ont manifesté à travers le pays et dans certaines régions des États-Unis, lundi, alors qu'on soulignait le 250e anniversaire de la Proclamation royale, un important document pour les revendications territoriales des peuples autochtones.

Clayton Thomas-Muller, l'un des leaders du mouvement, a indiqué par voie de communiqué profiter de cet anniversaire pour favoriser une nouvelle ère de réconciliation en lien avec une histoire coloniale du Canada qu'il qualifie de «honteuse», de même que pour renverser «des siècles de négligence et d'abus» des peuples autochtones.

La Proclamation de 1763 a établi des réglementations pour les colonies britanniques en Amérique du Nord, reconnu les droits sur le territoire des peuples autochtones et constitué les fondements pour un processus de traités.

Les organisateurs d'Idle No More faisaient état lundi de plus de cinquante événements prévus au Canada, aux États-Unis et dans d'autres pays.

L'une des plus importantes manifestations s'est déroulée devant l'Assemblée législative de la Colombie-Britannique concernant les projets d'oléoducs et de terminaux pétroliers. Quelque 250 personnes ont affiché leur opposition à ce qu'elles décrivent comme les visées du gouvernement fédéral d'expansion de l'industrie énergétique au détriment de la protection de l'environnement.

À Ottawa, le chef national de l'Assemblée des Premières Nations, Shawn Atleo, a fait valoir que cet anniversaire devrait être un catalyseur pour des actions à différents niveaux. Il a réitéré que les Premières Nations devaient mener la marche des changements concernant le territoire, mais aussi en termes d'éducation ou de santé.

M. Atleo a également fait valoir l'importance d'une enquête sur les centaines de femmes autochtones qui ont été assassinées ou sont portées disparues.

Il a précisé que le ministre des Affaires autochtones, Bernard Valcourt, ne lui avait livré aucun engagement en ce sens, mais a ajouté rester optimiste et déterminé quant à la tenue d'une telle enquête.

M. Atleo espère par ailleurs que la visite au Canada du Rapporteur spécial sur les droits des populations autochtones aux Nations unies, James Anaya — arrivé au pays, dimanche soir —, saura braquer les projecteurs sur ces enjeux.

Le premier ministre Stephen Harper, le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau, et le gouverneur général David Johnston ont tous publié des déclarations sur l'importance de la Proclamation royale, édictée par le roi George III le 7 octobre 1763, qui établissait entre autres le cadre constitutionnel de trois nouvelles colonies: la province de Québec, la Floride occidentale et la Floride orientale.

L'actuel représentant de la Couronne britannique au Canada, David Johnston, a profité de cet anniversaire pour rappeler l'importance de ce document qui a notamment jeté les bases de la reconnaissance des droits des peuples autochtones, et défini les relations entre les Premières Nations et le monarque.

M. Johnston mentionne que ce document fait partie des assises juridiques du Canada et qu'il conserve toute sa pertinence à ce jour, rappelant que la Proclamation royale est inscrite dans la Constitution.

PLUS:pc