NOUVELLES

Hégémonie : le témoignage de l'enquêteur responsable du dossier rendu public

07/10/2013 06:13 EDT | Actualisé 07/12/2013 05:12 EST

Le témoignage livré devant la commission Charbonneau par l'enquêteur responsable du dossier Hégémonie a été rendu public lundi, puisque tous les accusés en lien avec cette affaire ont été reconnus coupables.

Le 9 septembre dernier, Stéphan Viens, avait expliqué que l'enquête Hégémonie s'était mise en branle après une vague d'incendies criminels ayant visé les réserves de ponceaux de plusieurs commerces de la région à compter d'avril 2010.

L'enquête a révélé que les incendies avaient été allumés à la demande de Raymond « Ray » Coulombe, qui gérait l'entreprise Les Ponceaux de l'Estrie, de Stukely-Sud, avec sa femme, Gail Wheeler. L'objectif était d'éliminer ses concurrents, afin de rafler toutes les commandes de ponceaux, ce qui a bel et bien fonctionné, selon l'enquêteur Viens.

Les réserves de ponceaux de commerces du groupe Anctil situés à Saint-Denis-de-Brompton, Magog, Granby avaient notamment été incendiées, tout comme celles d'Excavation Roger Dion, situé à Saint-Alphonse-de-Granby, et de Mini-Excavations G.A.L., à Lac-Brome. Une réserve de ponceaux de Transports Québec avait aussi été incendiée par erreur.

De fil en aiguille, avait expliqué l'enquêteur Viens, les policiers en étaient venus à soupçonner un dénommé Richard Robert d'avoir allumé certains de ces incendies pour le compte de Raymond Coulombe. Appelé à témoigner devant la commission, M. Robert a admis devant la commission avoir allumé certains de ces incendies.

À l'époque cependant, ce sont des micros installés par les policiers de l'enquête Hégémonie dans le véhicule de M. Robert et chez M. Coulombe qui ont permis de confirmer l'affaire des incendies criminels.

Ces micros ont aussi permis de comprendre que Raymond Coulombe était également impliqué dans des activités de trafic de stupéfiants, de trafic d'armes et de recel. Un second volet de l'enquête Hégémonie s'est alors mis en branle, et s'est soldé par le dépôt d'accusations contre Luc Rondeau, Dominic Therrien, Stéphane Messier, Benoît Leclerc, Tom Hoch et Claude Pouliot.

Raymond Coulombe est pour sa part décédé de cause naturelle en janvier 2013.

PLUS:rc