NOUVELLES

Le NPD ne haussera pas l'imposition des plus riches, assure Mulcair

06/10/2013 04:24 EDT | Actualisé 05/12/2013 05:12 EST

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a assuré dimanche qu'il était hors de question que son parti hausse les impôts des plus fortunés une fois au pouvoir, et ce même si l'une de ses candidates vedettes à Toronto s'est déclarée en faveur d'une telle mesure.

M. Mulcair a rappelé sa position dans le dossier des impôts lors d'un rassemblement du parti à Ottawa qui a fait office de lancement officieux de campagne électorale, à deux ans du véritable déclenchement des élections.

L'une des batailles immédiates que devra livrer le parti se jouera à l'occasion de l'élection partielle dans Toronto-Centre, qui opposera deux candidates vedettes et anciennes journalistes, la néo-démocrate Linda McQuaig et la libérale Chrystia Freeland.

Mme McQuaig, qui a aussi été auteure, a été désignée le mois dernier candidate du NPD en vue de l'élection partielle, et s'est récemment fait remarquer en se prononçant en faveur d'une imposition plus lourde pour les riches afin de mieux contrer les inégalités de revenus.

Or, M. Mulcair a écarté ce scénario dimanche, assurant que ce n'était pas la politique prévue par le parti et demandant à Mme McQuaig de faire preuve d'un bon esprit d'équipe.

« Elle est une candidate extraordinaire... mais elle fait également partie d'une équipe maintenant et il n'y a pas le moindre problème avec cela », a-t-il affirmé.

« Je suis très clair, il n'y aura pas de hausses d'impôts sur le revenu sous quelque forme que ce soit dans notre plateforme électorale de 2015 », a poursuivi M. Mulcair.

Dans une déclaration par courriel, Mme McQuaig s'est dite « fière » de se présenter sous la bannière du NPD et a indiqué « supporter pleinement les politiques du parti, incluant son appel à une hausse d'impôts pour les entreprises ».

« Le NPD est le seul parti à disposer d'idées fortes pour contrer la hausse dramatique d'inégalités dans les revenus et ce, à travers le renforcement des programmes publics, la création d'emplois de qualité et une hausse juste du système d'imposition. Il y a plusieurs façons d'atteindre ces objectifs », a-t-elle mentionné, sans toutefois évoquer l'impôt des plus fortunés.

Plus tôt dans la journée de dimanche, M. Mulcair s'était adressé à une centaine de travailleurs et organisateurs du parti lors d'une réunion du conseil fédéral du parti à Ottawa, les appelant à commencer à se préparer pour les élections de 2015.

Dans un discours à saveur électorale, le chef néo-démocrate a souligné que son parti était le seul choix des Canadiens désireux de voir s'installer un réel changement à Ottawa.

Il a indiqué qu'un gouvernement néo-démocrate hausserait les prestations du Régime de pensions du Canada et infirmerait la décision du Parti conservateur de relever de 65 à 67 ans l'âge d'admissibilité au programme de Sécurité de la vieillesse.

Les négociations avec les communautés autochtones du pays seraient également ramenées au sommet des priorités du gouvernement, a ajouté M. Mulcair. Il a mentionné que les célébrations entourant le 250e anniversaire de la Proclamation royale de 1763, un document qui désigne les autochtones comme les « premières nations » à avoir habité la région, débuteraient lundi.

« Il est temps pour les gouvernements de commencer à réaliser qu'il leur faut travailler de nation à nation. Ce paternalisme est un signe du passé et cela doit cesser », a lancé M. Mulcair.

La Presse Canadienne

PLUS:rc